Vous êtes un publicitaire et vous voulez atteindre un groupe-cible jeune. S'il ne regarde pas la télévision et s'il a depuis longtemps déjà renoncé à la radio au profit d'un abonnement Spotify, c'est alors moins évident qu'il n'y paraît. Car même si vous êtes suffisamment féru des médias sociaux pour savoir que les jeunes se retrouvent actuellement sur YouTube et utilisent des jeux vidéo de Twitch, il n'est toujours pas facile de concevoir des annonces qui leur plaisent.

"Voilà le problème que nous voulions résoudre", déclare Axel Gekiere d'Adshot. Conjointement avec Vincent Franken, il fonda donc il y a deux ans la startup dans le seul but de veiller à ce que les annonceurs puissent conclure des collaborations avec des influencers bien connus: "Nous avons mis au point une plate-forme de correspondance ('matching'), sur laquelle ils peuvent s'enregistrer et où des marques peuvent proposer des campagnes. Il appartient alors à l'influencer de voir si cela l'intéresse ou pas."

Pour pouvoir y participer, les influencers et d'autres gestionnaires de canaux vidéo créent un profil sur la plate-forme, qui reprend toutes les données de performances de leur canal. Les annonceurs conçoivent alors une campagne avec le matériel correspondant. "Il s'agit souvent de vidéos publicitaires de cinq minutes qui peuvent être ajoutées à une vidéo existante, mais en réalité, chaque réalisation créative est possible", explique Gekiere. "Pour ce qui est des coûts, nous appliquons deux modèles: soit vous payez un forfait de souscription mensuel pour mettre votre produit en évidence, soit vous effectuez une transaction unique avec un influencer, sur laquelle nous prélevons un pourcentage."

"Ce qui rend Adshot unique sur son marché", ajoute Gekiere. "C'est son approche multi-canal. Il y a certes des concurrents, qui proposent soit YouTube, soit Twitch, mais aucun ne combine les deux. De plus, notre plate-forme est la simplicité même, puisque tout fonctionne automatiquement et est parfaitement évolutif. Nous ciblons dès lors aussi une activité mondiale à terme. Dès à présent, nous avons des clients dans le monde entier, mais en tant que jeune entreprise belge, nous avons évidemment noué nos premiers contacts avec des entreprises de chez nous."

Trouver des influencers, qui veulent travailler avec la plate-forme, n'a posé aucun problème. Lancée en mars, l'entreprise a déjà déniché 2.500 lanceurs de tendances. "En tout, nous avons depuis lors déjà réalisé quinze campagnes sur plusieurs canaux vidéo bien entendu", précise encore Gekiere. "Parmi nos premiers clients, il y a évidemment les studios de jeux, pour qui nous représentons un lien direct avec leur marché, mais aussi Pizza Hut. Bientôt, nous nous associerons également avec plusieurs acteurs télécoms en vue."

Gekiere et Franken ont fondé Adshot avec l'argent qu'ils avaient gagné en exerçant leur profession de consultant. "Nous avons ainsi pu réaliser un prototype, et l'amorçage s'est fait dans le giron de Start It @KBC", apprend-on encore. "Plus récemment, nous avons recueilli 320.000 euros. Dans ce but, quelques business angels connus tels Steven Van Belleghem (Nexxworks), Pieter Janssens (Intracto), Reinhart De Lille (RL Inventive) et imec.istart nous ont rejoints. Avec cet argent, nous voulons continuer de développer notre plate-forme et stimuler le contenu interactif. Nous entendons en effet mettre au point des formats publicitaires réagissant davantage encore au milieu des 'millennials'. Nous estimons donc que nous devrons prévoir une nouvelle phase de capitalisation en 2020. Il s'agirait d'une phase de série A, par laquelle nous miserons sur 1 à 2 millions d'euros. Lors de Gamescom, le grande salon des jeux, nous avons dans ce but déjà mené des entretiens préliminaires avec plusieurs capital-risqueurs intéressés."

Adshot

Siège social: Louvain

Nombre d'associés: 3

A la recherche de capital supplémentaire?: Oui, une phase de série A est prévue en 2020

Site web:www.adshot.io