D'après les médias locaux, tous les membres de l'opposition ont voté contre cette loi, mais ils ne forment qu'une minorité. Les esprits critiques craignent que les nouvelles règles puissent être utilisées pour faire taire les gens. Toute infraction à la loi est punissable d'une amende, voire d'une peine de prison.

Le gouvernement de cet état asiatique florissant rejette la critique et déclare ne pas vouloir censurer les avis de la population. Le ministre compétent K. Shanmugam a affirmé cette semaine au Parlement qu'une société démocratique ne peut fonctionner que si les citoyens sont bien informés et pas exposés à de la désinformation.

''Cette loi ne devrait pas avoir d'effet sur la liberté d'expression'', a ajouté le ministre. Et de prétendre que les autorités veulent simplement combattre notamment les ''bots, trolls, comptes factices'' et les fausses nouvelles.