Dans sa plainte, Acer réclame 100 millions de dollars à VW, selon le magazine allemand Wirtshaftswoche. Le constructeur automobile aurait certes payé pour les brevets 2G et 3G, mais le fait est qu'il utilise ces deux dernières années aussi la technologie 4G sans contrepartie financière.

De son côté, Volkswagen dément l'affirmation d'Acer et se dit prête à se défendre. Le procès a été intenté dans l'état de Virginie.

Les brevets, souvent un sujet à discussion

Les affaires de brevets représentent des cas à part dans le secteur technologique. Des normes telles la 4G sont souvent établies avec la technologie de plusieurs acteurs. Quiconque utilise ce type de norme réseautique, paie généralement pour les licences concédées par les acteurs concernés. Mais la date à laquelle il convient de payer, à qui et combien, tout cela est souvent sujet à discussion. Par ailleurs, un bon brevet peut constituer une importante source de revenus, surtout lorsque de grandes firmes utilisent la technologie en question dans des voitures, smartphones ou autres produits électroniques.

Le fait qu'un fabricant taïwanais se tourne vers les Etats-Unis pour intenter un procès à un constructeur automobile allemand, peut être considéré comme une chance supplémentaire pour la partie requérante de voir le juge lui donner raison.

Broadcom

Pour Volkswagen, il ne s'agit pas là de la première affaire en matière de brevets. Il y a quelques années en effet, le fondeur de puces Broadcom avait accusé VW d'avoir enfreint un brevet relatif au système de navigation et d'infos-loisirs utilisé dans les véhicules Volkswagen. Broadcom exigeait que la production de Volkswagen, Porsche et Audi (filiales de VW) soit arrêtée. Cette affaire se conclut finalement par un arrangement en dehors du tribunal.

Dans sa plainte, Acer réclame 100 millions de dollars à VW, selon le magazine allemand Wirtshaftswoche. Le constructeur automobile aurait certes payé pour les brevets 2G et 3G, mais le fait est qu'il utilise ces deux dernières années aussi la technologie 4G sans contrepartie financière.De son côté, Volkswagen dément l'affirmation d'Acer et se dit prête à se défendre. Le procès a été intenté dans l'état de Virginie.Les affaires de brevets représentent des cas à part dans le secteur technologique. Des normes telles la 4G sont souvent établies avec la technologie de plusieurs acteurs. Quiconque utilise ce type de norme réseautique, paie généralement pour les licences concédées par les acteurs concernés. Mais la date à laquelle il convient de payer, à qui et combien, tout cela est souvent sujet à discussion. Par ailleurs, un bon brevet peut constituer une importante source de revenus, surtout lorsque de grandes firmes utilisent la technologie en question dans des voitures, smartphones ou autres produits électroniques.Le fait qu'un fabricant taïwanais se tourne vers les Etats-Unis pour intenter un procès à un constructeur automobile allemand, peut être considéré comme une chance supplémentaire pour la partie requérante de voir le juge lui donner raison.Pour Volkswagen, il ne s'agit pas là de la première affaire en matière de brevets. Il y a quelques années en effet, le fondeur de puces Broadcom avait accusé VW d'avoir enfreint un brevet relatif au système de navigation et d'infos-loisirs utilisé dans les véhicules Volkswagen. Broadcom exigeait que la production de Volkswagen, Porsche et Audi (filiales de VW) soit arrêtée. Cette affaire se conclut finalement par un arrangement en dehors du tribunal.