Quasiment un tiers (30 pour cent) des chefs d'entreprise déclare que la réduction des coûts représente leur principal objectif. Mais comme la récession guette, il convient de mieux exploiter les données, parce que cela peut être utile sur le plan de l'innovation à court et à long terme. En outre, 59 pour cent des personnes interrogées estiment que ce seront les entreprises qui prendront des décisions sur base de données, qui gagneront des parts de marché. Et 58 pour cent craignent d'être distancées par la concurrence, si elles ne font pas un meilleur usage de leurs données.

Un écart plus important

Si les entreprises ne sont pas capables de convertir rapidement leurs idées en de nouveaux produits, services et stratégies, elle courent le risque d'échouer. L'écart séparant l'innovation et l'exécution, qui a été abordé en long et en large dans un rapport de la Bayes Business School et de VMware en 2018, appelé Innovating in the Exponential Economy, s'est élargi du fait que les entreprises se débattent toujours plus avec les (leurs) données.

'Les causes résident dans un manque de capacités et de compétences numériques, dans des infrastructures rigides et dans différentes limites et autres risques liés à la souveraineté des données et à la mise en conformité', affirme le professeur Feng Li de la Bayes Business School de Londres. Il a rédigé la préface du nouveau rapport Innovation-Execution de VMware, la suite du rapport original de 2018. 'Les personnes interrogées ont déclaré que la détention d'un nombre exagéré de données et que les problèmes d'accès aux données correctes constituent autant de freins importants. De plus, l'actuelle forte quantité de données technologiques de nombreuses entreprises fait en sorte qu'elles ne peuvent travailler davantage sur la base de data, ce qui leur fait manquer des opportunités stratégiques.'

Souveraineté des données

Les chefs d'entreprise citent un certain nombre d'obstacles: ils pensent que les entreprises possèdent tout simplement trop de données (83 pour cent), ils estiment qu'il est malaisé d'accéder aux informations correctes (74 pour cent) ou qu'il y a des obstacles technologiques (60 pour cent).

La souveraineté des données, par laquelle les données stockées ou collectées tombent sous le coup de la loi sur la confidentialité ou des structures de gouvernance d'un pays, secteur ou entreprise, représente une autre préoccupation majeure: des directives nationales (76 pour cent) et industrielles (67 pour cent) semblent être des obstacles substantiels pour réaliser la valeur des données.

Quasiment un tiers (30 pour cent) des chefs d'entreprise déclare que la réduction des coûts représente leur principal objectif. Mais comme la récession guette, il convient de mieux exploiter les données, parce que cela peut être utile sur le plan de l'innovation à court et à long terme. En outre, 59 pour cent des personnes interrogées estiment que ce seront les entreprises qui prendront des décisions sur base de données, qui gagneront des parts de marché. Et 58 pour cent craignent d'être distancées par la concurrence, si elles ne font pas un meilleur usage de leurs données.Si les entreprises ne sont pas capables de convertir rapidement leurs idées en de nouveaux produits, services et stratégies, elle courent le risque d'échouer. L'écart séparant l'innovation et l'exécution, qui a été abordé en long et en large dans un rapport de la Bayes Business School et de VMware en 2018, appelé Innovating in the Exponential Economy, s'est élargi du fait que les entreprises se débattent toujours plus avec les (leurs) données.'Les causes résident dans un manque de capacités et de compétences numériques, dans des infrastructures rigides et dans différentes limites et autres risques liés à la souveraineté des données et à la mise en conformité', affirme le professeur Feng Li de la Bayes Business School de Londres. Il a rédigé la préface du nouveau rapport Innovation-Execution de VMware, la suite du rapport original de 2018. 'Les personnes interrogées ont déclaré que la détention d'un nombre exagéré de données et que les problèmes d'accès aux données correctes constituent autant de freins importants. De plus, l'actuelle forte quantité de données technologiques de nombreuses entreprises fait en sorte qu'elles ne peuvent travailler davantage sur la base de data, ce qui leur fait manquer des opportunités stratégiques.'Les chefs d'entreprise citent un certain nombre d'obstacles: ils pensent que les entreprises possèdent tout simplement trop de données (83 pour cent), ils estiment qu'il est malaisé d'accéder aux informations correctes (74 pour cent) ou qu'il y a des obstacles technologiques (60 pour cent). La souveraineté des données, par laquelle les données stockées ou collectées tombent sous le coup de la loi sur la confidentialité ou des structures de gouvernance d'un pays, secteur ou entreprise, représente une autre préoccupation majeure: des directives nationales (76 pour cent) et industrielles (67 pour cent) semblent être des obstacles substantiels pour réaliser la valeur des données.