Initialement, il était question de 93 licenciements. 'Au cours des négociations sur la restructuration, ce nombre a heureusement pu être sensiblement réduit d'une vingtaine de personnes', déclare Peter Darin, secrétaire du syndicat chrétien ACV/CNE Puls. Sans citer de chiffre concret, le directeur de NTT Belgium, Pierre Dumont, avait déjà informé la rédaction de Data News qu'il ne s'agirait 'absolument pas de nonante emplois'.

Plan social

Selon Darin, un plan social se trouve sur la table depuis vendredi pour les employés qui devront rechercher un autre emploi. 'Entre-temps, la procédure Renault a été enclenchée: le syndicat ACV/CNE Puls souhaite dans ce cadre réduire le nombre de licenciements à un minimum. Nous envisageons par exemple encore la possibilité de départs naturels ou volontaires.' D'ici la mi-novembre, on devrait savoir clairement combien de postes de travail passeront réellement à la trappe chez l'intégrateur IT.

La disparition d'une grande partie du département administratif chez NTT Belgium est une décision de la société-mère japonaise NTT Global (Nippon Telegraph and Telephone). 'Tout comme de nombreuses autres entreprises le font, NTT a pris une décision stratégique consistant à s'associer à un fournisseur de services spécialisé pour nous permettre de travailler de manière plus efficiente et de devenir une organisation plus performante', explique l'entreprise.

'Il n'est plus possible de faire machine arrière au niveau de la restructuration', explique Peter Darin d'ACV/CNE Puls. 'L'important à présent est qu'il y ait un bon plan social pour les personnes qui devront partir et de la stabilité pour celles qui resteront.'

Initialement, il était question de 93 licenciements. 'Au cours des négociations sur la restructuration, ce nombre a heureusement pu être sensiblement réduit d'une vingtaine de personnes', déclare Peter Darin, secrétaire du syndicat chrétien ACV/CNE Puls. Sans citer de chiffre concret, le directeur de NTT Belgium, Pierre Dumont, avait déjà informé la rédaction de Data News qu'il ne s'agirait 'absolument pas de nonante emplois'.Selon Darin, un plan social se trouve sur la table depuis vendredi pour les employés qui devront rechercher un autre emploi. 'Entre-temps, la procédure Renault a été enclenchée: le syndicat ACV/CNE Puls souhaite dans ce cadre réduire le nombre de licenciements à un minimum. Nous envisageons par exemple encore la possibilité de départs naturels ou volontaires.' D'ici la mi-novembre, on devrait savoir clairement combien de postes de travail passeront réellement à la trappe chez l'intégrateur IT.La disparition d'une grande partie du département administratif chez NTT Belgium est une décision de la société-mère japonaise NTT Global (Nippon Telegraph and Telephone). 'Tout comme de nombreuses autres entreprises le font, NTT a pris une décision stratégique consistant à s'associer à un fournisseur de services spécialisé pour nous permettre de travailler de manière plus efficiente et de devenir une organisation plus performante', explique l'entreprise.'Il n'est plus possible de faire machine arrière au niveau de la restructuration', explique Peter Darin d'ACV/CNE Puls. 'L'important à présent est qu'il y ait un bon plan social pour les personnes qui devront partir et de la stabilité pour celles qui resteront.'