En soi, il n'y a rien d'étonnant, avec la percée des smartphones, de l'IoT et de tout ce va de pair, à ce que nous consommions davantage de données mobiles qu'il y a une décennie. Ce qui est plus singulier, c'est peut-être l'ordre de grandeur de cette consommation suplémentaire. Selon Ericsson, quelque 5,5 milliards d'utilisateurs de smartphone sont venus s'ajouter depuis 2011. Une autre comparaison? Durant le troisième trimestre de 2021, nous avons tous ensemble utilisé davantage de données mobiles que pendant toute la période allant de 2011 à 2016. En chiffres, cela donne 78 exaoctets environ.

C'est la dixième fois qu'Ericsson édite son Mobility Report. Durant tout ce temps, le trafic de données mobiles au niveau mondial a donc crû de trois cents fois. D'ici fin 2027, Ericsson s'attend du reste à ce que le trafic de données mobiles total atteigne les 370 exaoctets, dont la moitié environ serait consommée par toutes sortes d'objets IoT connectés.

En route vers la 5G

Ericsson est un fournisseur d'infrastructures réseautiques, ce qui fait que l'entreprise examine aussi avec attention la poursuite de la percée de la 5G. Elle s'attend à ce que d'ici fin 2027, il y ait au niveau mondial 4,4 milliards d'abonnements 5G, qui représenteraient ainsi plus ou moins la moitié des abonnements mobiles à ce moment-là. Pour la fin de cette année, il devrait y en avoir déjà quelque 660 millions, ce qui laisse supposer que l'implémentation de la 5G se fera nettement plus vite que celle des précédentes générations de la technologie réseautique mobile.

En soi, il n'y a rien d'étonnant, avec la percée des smartphones, de l'IoT et de tout ce va de pair, à ce que nous consommions davantage de données mobiles qu'il y a une décennie. Ce qui est plus singulier, c'est peut-être l'ordre de grandeur de cette consommation suplémentaire. Selon Ericsson, quelque 5,5 milliards d'utilisateurs de smartphone sont venus s'ajouter depuis 2011. Une autre comparaison? Durant le troisième trimestre de 2021, nous avons tous ensemble utilisé davantage de données mobiles que pendant toute la période allant de 2011 à 2016. En chiffres, cela donne 78 exaoctets environ.C'est la dixième fois qu'Ericsson édite son Mobility Report. Durant tout ce temps, le trafic de données mobiles au niveau mondial a donc crû de trois cents fois. D'ici fin 2027, Ericsson s'attend du reste à ce que le trafic de données mobiles total atteigne les 370 exaoctets, dont la moitié environ serait consommée par toutes sortes d'objets IoT connectés.Ericsson est un fournisseur d'infrastructures réseautiques, ce qui fait que l'entreprise examine aussi avec attention la poursuite de la percée de la 5G. Elle s'attend à ce que d'ici fin 2027, il y ait au niveau mondial 4,4 milliards d'abonnements 5G, qui représenteraient ainsi plus ou moins la moitié des abonnements mobiles à ce moment-là. Pour la fin de cette année, il devrait y en avoir déjà quelque 660 millions, ce qui laisse supposer que l'implémentation de la 5G se fera nettement plus vite que celle des précédentes générations de la technologie réseautique mobile.