En marge de cet accord, les opérateurs de télécommunication se sont engagés à augmenter leurs investissements à concurrence de 11 millions d'euros au profit de l'amélioration de la couverture mobile en Wallonie et à soutenir la transformation numérique des pouvoirs locaux grâce à un apport supplémentaire de 5 millions complété par une enveloppe de 5 autres millions alimentée par la Région.

En contrepartie, la Wallonie maintiendra la suppression des taxes sur les mâts, pylônes et antennes en 2021-2022 et instaurera un cadre facilitateur pour le développement de la couverture réseau du territoire. Au total, 276 candidatures avaient été déposées pour un montant total de 13,8 millions d'euros dans le cadre des appels à projets liés à cet accord TOP. Après évaluation,168 projets ont reçu une évaluation de minimum 50% et vont ainsi pouvoir être financés pour un montant total de 10 millions d'euros avec une moyenne de 59.222 euros par projet lauréat.

En fonction du budget demandé ainsi que des critères de sélection et d'éligibilité, le financement des projets varie de 1.300 à 570.000 euros. Et c'est la ville de Mons qui se taille la part du lion avec 574.465 euros, suivie de Nassogne (287.600 euros) et de Péruwelz (269.456 euros).

"L'accord TOP a permis d'atteindre des niveaux de connectivité élevés dans des zones qui n'étaient précédemment pas ou peu couvertes. Le précédent accord avait par ailleurs dépassé nos espérances puisque 39 communes identifiées en zone blanche sont dorénavant bien couvertes", a commenté le ministre Borsus. "Nous sommes en train de négocier un nouvel accord TOP pour 2023 sur le même principe mais avec une ambition plus élevée encore", a-t-il ajouté.

"Pour ceux qui attendent le 2e appel à projets, en 2023, des budgets complémentaires seront prévus en faveur de la connectivité et du numérique des pouvoirs locaux. D'autres appels à projets devraient également voir le jour dans les prochains mois", a enfin assuré Christophe Collignon.

En marge de cet accord, les opérateurs de télécommunication se sont engagés à augmenter leurs investissements à concurrence de 11 millions d'euros au profit de l'amélioration de la couverture mobile en Wallonie et à soutenir la transformation numérique des pouvoirs locaux grâce à un apport supplémentaire de 5 millions complété par une enveloppe de 5 autres millions alimentée par la Région.En contrepartie, la Wallonie maintiendra la suppression des taxes sur les mâts, pylônes et antennes en 2021-2022 et instaurera un cadre facilitateur pour le développement de la couverture réseau du territoire. Au total, 276 candidatures avaient été déposées pour un montant total de 13,8 millions d'euros dans le cadre des appels à projets liés à cet accord TOP. Après évaluation,168 projets ont reçu une évaluation de minimum 50% et vont ainsi pouvoir être financés pour un montant total de 10 millions d'euros avec une moyenne de 59.222 euros par projet lauréat.En fonction du budget demandé ainsi que des critères de sélection et d'éligibilité, le financement des projets varie de 1.300 à 570.000 euros. Et c'est la ville de Mons qui se taille la part du lion avec 574.465 euros, suivie de Nassogne (287.600 euros) et de Péruwelz (269.456 euros)."L'accord TOP a permis d'atteindre des niveaux de connectivité élevés dans des zones qui n'étaient précédemment pas ou peu couvertes. Le précédent accord avait par ailleurs dépassé nos espérances puisque 39 communes identifiées en zone blanche sont dorénavant bien couvertes", a commenté le ministre Borsus. "Nous sommes en train de négocier un nouvel accord TOP pour 2023 sur le même principe mais avec une ambition plus élevée encore", a-t-il ajouté."Pour ceux qui attendent le 2e appel à projets, en 2023, des budgets complémentaires seront prévus en faveur de la connectivité et du numérique des pouvoirs locaux. D'autres appels à projets devraient également voir le jour dans les prochains mois", a enfin assuré Christophe Collignon.