SendBird n'est pas une appli de clavardage autonome, mais se qualifie elle-même de service API de clavardage et de messagerie. Cela signifie qu'elle propose une plate-forme de 'chat' que d'autres applis peuvent intégrer. Elle n'est donc pas une concurrente de Whatsapp, Skype ou Slack, mais propose la fonction de clavardage dans d'autres applis.

Dans le cadre d'une nouvelle phase d'investissement de série B, l'entreprise récolte en tout 102 millions de dollars. Cette phase a été dirigée par Tiger Global Management. ICONIQ Capital y est également impliquée.

Data News avait rencontré Sendbird en 2016 déjà, avant sa phase de capitalisation de série A. A l'époque, son CEO John Kim citait 'quelques millions' d'utilisateurs actifs mensuels. Aujourd'hui, l'entreprise compte plus de cinquante millions d'utilisateurs actifs mensuels et traite un milliard de messages par mois. En tout, Sendbird occupe aujourd'hui 98 collaborateurs à temps plein.

Ce nouvel investissement doit permettre à l'entreprise et spécifiquement à son moteur 'go-to-market' de mieux se faire connaître au niveau mondial. Actuellement, l'entreprise possède des filiales non seulement aux Etats-Unis, mais aussi en Grande-Bretagne, à Singapour et en Inde. Les fonds récoltés devraient permettre une poursuite de l'expansion à l'étranger.