Ce vendredi, les États membres de l'UE ont en effet donné leur feu vert à la Commission européenne afin de sceller officiellement cet accord.

Le "bouclier de protection des données UE-États-Unis" doit empêcher les autorités américaines chargées de la sécurité de venir fourrer leur nez dans les données des consommateurs européens.

Cette révision de l'accord antérieur, qui avait été signé il y a quinze ans, s'est imposée à la fin de l'année dernière, lorsque la Cour de justice de l'Union européenne avait déclaré celui-ci invalide.

Un étudiant autrichien avait tiré la sonnette d'alarme après les révélations du lanceur d'alerte Edward Snowden, selon lesquelles les services de sécurité américains avaient accès à de très nombreuses données personnelles des utilisateurs de services en ligne internationaux tels que Facebook et Google.