Leo Exter
Leo Exter
Leo Exter a créé Westartup, un réseau de plus de 3.000 entrepreneurs et investisseurs. Il est aussi partner chez HealthStartup, une communauté européenne de petites entreprises technologiques actives dans le secteur de la santé.
Opinion

12/09/13 à 14:21 - Mise à jour à 14:21

Votre secteur est-il prêt à accueillir une startup innovante?

Le timing est d'une importance cruciale pour le lancement d'une petite entreprise.

Votre secteur est-il prêt à accueillir une startup innovante?

Le timing est d'une importance cruciale pour le lancement d'une petite entreprise.

Deux points sont essentiels lorsqu'on parle de timing. Le premier, c'est vous-même en tant que personne.

Etes-vous REELLEMENT prêt à lancer votre entreprise? Etes-vous suffisamment jeune et endurant et en même temps assez âgé que pour avoir acquis une connaissance suffisante et disposer du réseau voulu? Il y a un mois, nous avions déjà abordé cet aspect.

Le second point essentiel est de savoir dans quelle mesure votre secteur est lui-même prêt à accueillir votre entreprise. Votre startup se plantera et se consumera entièrement si vous la lancez avant que le secteur ne soit prêt pour elle. Mais si votre timing est le bon... cela peut aller vite!

Comment SAVOIR que c'est le bon moment?

Par hasard, j'ai travaillé dans le passé pour deux entreprises qui avaient le potentiel pour s'imposer. Pour la première, le temps était venu de se lancer et pour l'autre non. Autrement dit, je peux établir une comparaison.

Trois conditions pour une entreprise à succès

Primo: introduisez quelque chose de neuf. Pas simplement avec un 'enabler' (catalyseur), mais bien avec une série de technologies capables de conduire à la création d'une nouvelle catégorie de produits.

Secundo: essayez de changer en profondeur les habitudes et les comportements des utilisateurs finaux. Deux options s'offrent alors à vous: soit ils accueillent la nouvelle technologie et l'équipe sous-jacente à bras ouverts, soit ils marquent le pas.

En tout cas, cette combinaison rend possible un nouveau modèle commercial.

Malheureusement, cela ne suffit pas.

Tertio: un ou plusieurs grands(s) client(s), fournisseur(s) ou partenaire(s) du canal doit/doivent être prêt(s) et avoir l'envie de s'associer avec vous.

Trop tôt

En 2001-2003, j'ai travaillé pour la startup belge Info2clear. Il est probable que vous n'en ayez jamais entendu parler, même si l'entreprise a recueilli 7 millions d'euros. Cela fait pourtant dix ans déjà qu'elle n'existe plus du fait qu'elle était arrivée nettement trop tôt sur le marché.

L'un des produits sur lequel nous travaillions, s'appelait DRM (Digital Rights Management) pour les eBooks - une technologie permettant aux éditeurs de livres de protéger leur contenu contre le piratage. DRM était à l'époque considérée comme une technologie cruciale pour inciter (enfin) les éditeurs à proposer du contenu sous forme numérique.

DRM sembla cependant ne pas suffire.

Primo: le matériel de lecture n'était pas adapté. Les premiers appareils spécialement conçus pour les eBooks datent de 1998 déjà. D'un poids de plus de 650 grammes et caractérisés par une autonomie de batterie catastrophique, ils étaient tout sauf des produits correctement finis.

Secundo: les utilisateurs finaux n'avaient pas assez d'expérience dans l'utilisation des appareils mobiles. En 2002, seuls quelques geeks possédaient un PDA, et ils étaient encore moins à disposer d'un Nokia Communicator, le précurseur du smartphone.

Tertio: même si les éditeurs de livres étaient prêts à vendre leur contenu par voie électronique, ils n'avaient pas vraiment de canal pour ce faire. Il y avait bien l'un ou l'autre petit détaillant de niche tel Fictionwise, mais c'était tout.

Il fallut un véritable micmac de nouvelles technologies pour écrans, d'omniprésentes batteries au lithium-ion bon marché et de processeurs guère puissants, sans compter cinq années supplémentaires au cours desquelles les utilisateurs finaux testèrent les PDA et autres smartphones, avant que le Kindle n'arrive 'soudainement' en grand tralala à l'avant de la scène.

Finalement, ce ne fut même pas la technologie qui fit la différence. Les premières liseuses d'eBooks à combiner cette technologie étaient déjà prêtes en 2006. C'est Amazon qui fut décisive. Grâce à sa clientèle inépuisable, elle réussit en effet enfin à fournir des eBooks à des millions de lecteurs.

Résultat: en 2012, Amazon vendit davantage de livres numériques qu'en papier.

Le bon produit au bon moment

La technologie GPS pour les véhicules existe depuis le milieu des années 90 déjà. A 2.000 euros, il n'y avait cependant à l'époque que très peu de conducteurs à pouvoir bénéficier de cette technologie.
Puis, d'un jour à l'autre, semble-t-il, le marché de la navigation mobile a littéralement explosé.

Qui furent les gagnants? Quelques entreprises qui étaient prêtes et avaient lancé sur le marché le bon produit au bon moment. L'une d'elles était la startup néerlandaise TomTom et une autre était Mio, mon employeur.

Que s'est-il passé en 2004?

D'abord, toute une série de nouvelles technologies furent disponibles à des prix abordables. Les PDA possédaient enfin une puissance de calcul suffisante pour être réellement utilisables pour la navigation portable. De nouvelles puces GPS furent incorporées aux appareils, et le tout devint suffisamment bon marché (600 euros) pour rendre possible un nouveau modèle commercial.

Grâce aux PDA et aux expérimentations GPS précoces de Garmin et d'autres, suffisamment de consommateurs firent enfin confiance à cette nouvelle catégorie de produits.

Et c'est à ce moment que TeleAtlas et Navteq - des vendeurs de cartes - réduisirent radicalement les prix.

Résultat? Chez Mio, l'on a vu croître le chiffre de vente de 3.500 à 300.000 exemplaires par trimestre et ce, en l'espace d'un an à peine.

Waw!

Soins de santé: parés pour de nouvelles entreprises?

Prenons maintenant en considération un secteur spécifique pour trouver un exemple quelque plus récent.

Des suites technologiques complètes qui engendrent de nouveaux modèles commerciaux: check.

Après que les pouvoirs publics aient organisé, voire vanté pendant des années de nombreuses initiatives eHealth, ce sont à présent les applications à la consommation qui gagnent en importance et suscitent l'intérêt. Voyez donc ces 10 possibilités en physiothérapie et revalidation à l'aide de consoles de jeu, tablettes et smartphones, et avec de nouveaux détecteurs à la mesure du consommateur.

Acceptation par le consommateur: check.

Combien parmi vos amis ont-ils le week-end dernier partagé sur Facebook et sur Twitter leur session de footing ou leur sortie en vélo? Il y en a sans doute pas mal.

Les clients et les partenaires du canal sont-ils prêts à suivre la technologie et le consommateur?

Peut-être pas encore tout à fait, mais il existe déjà des signes avant-coureurs que tel sera bientôt le cas.

Les grandes entreprises pharmaceutiques font l'objet de toute une flopée de questions brûlantes et recherchent dans ce but toujours plus explicitement des startups techniques pour de nouvelles solutions - posez donc la question à Mitchell Silva, fondateur de la startup belge Esperity.

Les hôpitaux et institutions de soins commencent à prendre conscience qu'il leur manque des instruments importants - voyez simplement les problèmes auxquels les soins de santé sont confrontés actuellement.

Le nombre d'investissements dans les soins de santé numériques augmente - tout comme le nombre d'entreprises qui en sortent.

Selon moi, ces signes avant-coureurs sont suffisamment parlants...

Donc, qu'en est-il de votre secteur? Les nouvelles technologies y gagnent-elles en popularité? Les utilisateurs finaux sont-ils prêts à changer leur fusil d'épaule? Avez-vous l'impression que les acteurs connus s'essoufflent progressivement et se retrouvent sans options?

Dans l'affirmative, vous avez déjà trouvé la réponse.

Nos partenaires