Quelles tendances technologiques vont-elles se dégager en 2015?

31/12/14 à 12:04 - Mise à jour à 12:19

Source: Datanews

A quoi peut-on s'attendre en 2015 sur le plan technologique? Data News passe ci-après en revue quelques prévisions et les évalue.

Quelles tendances technologiques vont-elles se dégager en 2015?

© iStock

Nous allons d'emblée peut-être vous décevoir, mais il arrive extrêmement rarement qu'une technologie sortie du néant s'impose auprès des utilisateurs en l'espace d'un an. La plupart des éléments envisagés ici ne seront donc probablement pas inconnus pour vous. Ce qui va changer, c'est qu'ils vont prendre (encore) plus d'importance dans votre environnement au cours des douze prochains mois.

Une vision (surtout) en ligne

Le lancement de Netflix en 2014 ne fut pas le point de départ d'une révolution, mais bien la confirmation que nos images vidéo sortiront à l'avenir surtout du web et moins des canaux TV classiques. Des gens comme Felix Kjellberg (PewDiePie) ou Michelle Phan sont devenus célèbres sur base de ce qu'ils ont déposé sur YouTube. Ericsson se targue du fait qu'en 2015, nous allons pour la première fois recourir davantage au streaming qu'à la télévision programmée. Il nous faut cependant apporter la nuance, selon laquelle le géant des réseaux mise ici de manière relativement sûre eu égard au passé récent. C'est ainsi qu'aujourd'hui, Netflix dispose aux Etats-Unis de davantage d'abonnés (et d'un chiffre d'affaires supérieur avec ceux-ci) que la chaîne payante concurrente HBO. En Belgique, Belgacom et Telenet proposent entre-temps des émissions très populaires à la demande sur tablettes et smarpthones. VTM va à son tour un pas plus loin encore et a décidé l'automne dernier déjà de mettre gratuitement en ligne une grande partie de son offre.

Détail intéressant: YouTube, sans doute le videostreamer le plus connu au monde, fêtera son dixième anniversaire en février 2015.

Plus de sécurité/plus de problèmes

C'est enfoncer une porte ouverte que d'écrire qu'il y aura l'an prochain encore plus de risques de piratage et de vol de données. Non pas que les choses empireront, mais parce qu'il sera au moins toujours aussi intéressant pour les hackers de mettre la main sur des données numériques et ce, tant pour des raisons d'espionnage que d'abus d'informations (dans un but d'escroquerie ou de spam par exemple). Le marché restera donc toujours aussi attractif pour les cybercriminels. L'avantage (!) de tous ces incidents, c'est que quasiment tout le monde - tant les consommateurs que les entreprises et les pouvoirs publics - est ainsi bien conscient des dangers latents. Ce jeu du chat et de la souris risque donc de se poursuivre encore et encore entre le pirate et sa cible.

Ce que vous devez surtout savoir, c'est que chaque entreprise peut être piratée et que des données vous concernant peuvent donc prendre la clé des champs. Ces données peuvent ensuite être utilisées soit pour se connecter à vos comptes, soit pour rechercher encore plus de renseignements, soit encore pour se faire passer pour vous afin d'escroquer d'autres personnes.

Dans toute cette histoire, nous vous prodiguons volontiers le conseil le plus simple et pourtant souvent oublié: veillez à recourir à divers mots de passe pour les différents services et changez-en régulièrement.

'Wearables'

Il y a de fortes chances pour que vous vous soyez cette année déjà intéressé de près à ce qu'on appelle les 'wearables' (gadgets portables) prometteurs. Quoi de plus normal, puisqu'en 2014, l'offre de contrôleurs de fitness et autres montres intelligentes s'est fortement étoffée. Sony et Samsung notamment se sont distinguées. En 2015, ce marché prendra encore de l'ampleur. Nous sommes curieux de voir si l'Apple Watch sera un exemple ou un disciple en matière de montres connectées. Mais quel que soit le fabricant, il s'agira encore d'attendre un certain nombre d'applis-vedettes destinées à convaincre le consommateur d'acheter ce genre de gadget. Autrement dit: des appareils électroniques qui font bien plus que compter vos pas et mesurer votre sommeil.

Gartner, qui réfléchit sérieusement à ce que nous réserve l'avenir, s'attend à ce que d'ici 2016 (soit dans une bonne année certes!) quarante pour cent des smartphones seront équipés de capteurs biométriques, comme un scanner de l'iris de l'oeil, un scanner des empreintes digitales, la reconnaissance de la voix, etc.

Plus de nuage, de big data et d'Internet of Things

Pardonnez-nous le jeu de mots, mais cette tendance ne tombe pas non plus du ciel. Les acteurs IT en vue distinguent l'utilité du nuage (cloud) depuis assez longtemps déjà. Leurs clients font entre-temps de même, et cela s'est fait ressentir chez le consommateur ces douze derniers mois. L'internaute moderne s'attend à ce que ses données et paramètres soient toujours disponibles et sur chaque appareil, ce qui va changer sa façon de travailler.

Nous disposerons aussi de toujours plus d'appareils connectés. Des appareils ménagers reliés via Bluetooth ou wifi, mais aussi des machines d'usine équipées de capteurs indiquant leur fréquence et leur intensité d'utilisation. Tous ces appareils connectés généreront à leur tour davantage de données, des données qui, dans certains cas, seront utilisées pour une analyse (prédictive). Inédit? Pas du tout. Mais au fur et à mesure que ces systèmes sortiront et seront davantage utilisés, c'est également notre façon de travailler et de vivre qui s'en trouvera changée.

Plus cette technologie entrera dans les moeurs, plus l'on verra apparaître de produits meilleur marché, et plus il y aura de l'innovation dans ce segment. Pour les fournisseurs, cela reviendra à concevoir davantage de produits innovants pour se distinguer et pour les entreprises, il sera question de mieux analyser leurs énormes quantités de données ou de pouvoir envisager de nouveaux modèles commerciaux qui, à leur tour, généreront de nouveaux produits.

Impression 3D

En 2015, il n'y aura peut-être pas encore d'imprimante 3D à côté de l'ordinateur portable. Mais il y a de fortes chances pour que vous teniez en main l'un ou l'autre objet imprimé en 3D, que ce soit une pièce de rechange pour votre vélo, un gadget personnalisé ou un bijou que vous commanderez en ligne. En Belgique, des entreprises telles Materialise exploitent cette technologie depuis des années déjà, et des géants IT comme HP s'y intéressent eux aussi de près depuis peu et planchent sur des appareils (professionnels) pour l'impression 3D.

Pour les consommateurs, Hema a lancé en 2014 des bijoux que vous pouvez personnaliser en ligne. La chaîne commerciale française Auchan vous permet elle aussi de personnaliser des produits et ce, grâce aux entreprises belges Twikit et Materialise. Bref: l'impression 3D se normalisera en 2015. Peut-être retrouvera-t-on fin 2015 un appareil du genre sous le sapin...

Saviez-vous du reste que le terme '3D-printing' ne concerne qu'une technique spécifique. Le terme correct désignant ce que nous considérons aujourd'hui comme impression 3D est 'additive manufacturing'.

Nos partenaires