Motorola va scinder sa division mobile en 2011

06/12/10 à 12:01 - Mise à jour à 12:01

Source: Datanews

Le groupe technologique américain Motorola va se scinder en deux entreprises séparées.

Motorola va scinder sa division mobile en 2011

Le groupe technologique américain Motorola va se scinder en deux entreprises séparées.

La division en charge de la production des appareils mobiles s'appellera Motorola Mobility. Le reste du groupe portera officiellement l'appellation Motorola Solutions à partir de 2011. Voilà ce que la direction de l'entreprise a décidé. Les deux entités seront cotées séparément à la Bourse des actions de New York.

Cette scission était dans l'air depuis quelque temps déjà. Les précédents projets remontant à l'automne 2009, consistant à privatiser la division de téléphonie mobile, sont donc mis au frigo. Les analystes supposaient à l'époque que la société ne disposait pas des moyens financiers suffisants pour réaliser la scission. En raison du malaise économique aux Etats-Unis et de la situation sur quelques autres marchés importants, le chiffre d'affaires de Motorola a nettement diminué ces derniers mois.

Motorola Mobility prendra en charge la production des téléphones intelligents (smartphones), PC tablettes et autres appareils mobiles. L'entreprise est depuis des années déjà aux prises avec des chiffres de vente décevants. Pour inverser la tendance, Motorola avait annoncé en 2008 qu'elle allait miser beaucoup sur le système d'exploitation mobile Android.

Suite à la scission, la maison mère pourrait davantage profiter des unités d'exploitation plus performantes. Ces unités seront désormais hébergées dans l'entreprise Motorola Solutions, qui se concentrera essentiellement sur les solutions de communication professionnelles.

Durant l'été 2010, Motorola a vendu sa division de fabrication d'équipement de réseau sans fil pour les fournisseurs télécoms. C'est le fabricant de réseaux germano-finnois Nokia Siemens Networks qui l'a acquise pour 1,2 milliard de dollars (quelque 930 millions d'euros) et qui espère ainsi améliorer sa position sur les marchés américain et japonais.

En collaboration avec Computable

En savoir plus sur:

Nos partenaires