Le créateur d'Internet met en garde face à la censure

13/07/09 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

Tim Berners-Lee, concepteur et fondateur du World Wide Web, estime que les pouvoirs publics et les entreprises ne peuvent pas aller trop loin en matière de contrôle de la navigation sur Internet.

Tim Berners-Lee, concepteur et fondateur du World Wide Web, estime que les pouvoirs publics et les entreprises ne peuvent pas aller trop loin en matière de contrôle de la navigation sur Internet.

Ces derniers mois, on entend beaucoup parler des pouvoirs publics qui veulent instaurer un grand "pare-feu" pour les surfeurs et des entreprises qui réglementent strictement la navigation de leurs travailleurs ou restreignent simplement l'usage d'Internet. Non seulement en Iran ou en Chine, mais aussi dans les pays occidentaux, le sujet semble être à l'ordre du jour. Prenons par exemple tout le fracas qu'a fait dans notre pays le blocage de sites web anti-pédophiles et le débat sur un filtre Internet enjambant les ISP.

Tim Berners-Lee - l'inventeur du World Wide Web - prévient que de plus en plus de contrôle du comportement sur Internet peut aussi avoir des effets négatifs. Selon Berners-Lee, une grande partie de la valeur ajoutée du web se situe justement au niveau de l'absence de limites quant à ce que les gens peuvent faire avec. Au cours d'un discours donné à l'occasion d'un BBC-event, il a aussi souligné que les tentatives de censurer en ligne ce que les gens peuvent dire ou peuvent faire sont vouées à l'échec.

Selon Tim Berners-Lee, Internet est conçu pour une utilisation sans limites. "Internet doit être comme une feuille de papier blanc. Tout comme les pouvoirs publics ou une entreprise ne peuvent pas imposer de règles aux gens sur ce qu'ils peuvent écrire sur cette page, les surfeurs ne peuvent pas être limités dans la matière dont ils veulent utiliser le web", selon Berners-Lee.

Il ne veut toutefois pas dire que les pouvoirs publics ne peuvent pas avoir de moyens pour empêcher un usage "inacceptable" d'Internet. "Mais de tels moyens doivent faire l'objet de limites précises. Une fois que les gens savent que les termes de recherche qu'ils utilisent dans un pays donné sont soumis à un contrôle minutieux, cela peut avoir toutes sortes de tristes conséquences", prévient encore l'homme : "Des régimes répressifs comme en Chine et en Iran vont alors avoir d'énormes difficultés à pouvoir garder le contrôle sur ce que les citoyens voient précisément. Finalement, "l'ouverture" l'emportera sur la "censure", mais ce ne sera assurément pas facile", conclut le père du net.

Nos partenaires