La Belgique ne figure pas dans le classement FTTH

17/02/16 à 13:17 - Mise à jour à 13:17

Au début de la conférence annuelle FTTH, l'organisation annonce où en sont les pays dans le déploiement de leur réseau à fibre optique. Or la Belgique ne se trouve pas sur cette liste, mais il y a des raisons à cette absence.

La Belgique ne figure pas dans le classement FTTH

© iStock

En Europe, c'est la Lituanie, la Lettonie, la Suède, la Russie et la Norvège qui dominent le classement des pays caractérisés par le plus grand nombre de connexions 'fibre-to-the-home' (jusqu'à l'habitation). Pour les trois premiers pays, plus de 35 pour cent des habitations ont accès à la fibre optique. Les Pays-Bas font un peu moins de quinze pour cent, tout comme le Luxembourg. La France fait un peu plus de huit pour cent, alors que l'Allemagne fait tout juste un peu plus d'1 pour cent.

La Belgique ne figure pas dans le classement FTTH

© .

Au niveau mondial, le classement est dominé par la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis, Singapour, le Qatar et Hong Kong. Pour le top quatre, plus de septante pour cent des ménages ou des bâtiments sont connectés à la fibre optique. Hong Kong fait un peu plus de cinquante pour cent.

Où en est la Belgique?

La Belgique ne figure pas sur la liste, ce qui signifie que notre pays fait moins d'1 pour cent de disponibilité FTTH. Ce n'est pas illogique quand on sait que Proximus déploie surtout le FTTH dans les nouveaux lotissements et dans les bâtiments professionnels. L'organisation FTTH Council ne tient du reste pas compte de la 'fibre to the curb' (jusqu'à l'armoire en rue), mais bien des connexions jusqu'à la porte d'entrée.

La Belgique ne figure pas dans le classement FTTH

© .

L'une des raisons de notre faible résultat, c'est que notre pays dispose d'une infrastructure assez moderne. D'une part, l'on y décèle un réseau câblé étendu (de Telenet et de Voo notamment). D'autre part, FTTH Council indique que ce sont souvent les pays ne possédant guère d'infrastructure existante ('legacy') qui progressent à présent rapidement.

"En certains endroits, comme dans les pays baltes, le gouvernement a lui-même pris des mesures avec un plan haut débit. C'est ce qui explique leur bon classement aujourd'hui", explique Edgar Aker, président de FTTH Council Europe. "Mais en Europe occidentale, l'on observe souvent la présence d'un bon réseau câblé et/ou d'un bon réseau en cuivre. Il est alors difficile de migrer rapidement vers la fibre optique." Autrement dit, dans les pays ne disposant pas d'un réseau en cuivre ou d'un réseau de piètre qualité, l'on a plus rapidement tendance à opter directement pour le FTTH.

En savoir plus sur:

Nos partenaires