L'ordinateur dans la voiture autonome est un... conducteur pour la loi américaine

10/02/16 à 12:11 - Mise à jour à 12:11

Aux Etats-Unis, l'ordinateur embarqué dans une voiture autonome peut désormais être considéré comme un automobiliste. Il en résulte que les systèmes d'intelligence artificielle pourront bientôt réellement prendre la route sans la présence d'un conducteur humain, ce qui constitue une fameuse étape dans le développement des voitures autonomes.

L'ordinateur dans la voiture autonome est un... conducteur pour la loi américaine

© Google

Voilà ce que vient de décider le contrôleur américain suite à une requête d'Alphabet, la société mère de Google. Pour sa voiture autonome, l'entreprise de recherches avait demandé davantage de clarté car une prochaine variante de ce véhicule de Google n'aura en effet plus besoin de chauffeur humain à bord.

"Nous sommes d'accord avec Google sur le fait que cette voiture autonome n'aura pas besoin de 'conducteur' au sens où on l'entendait dans les véhicules depuis plus de cent ans déjà", a déclare le contrôleur. Le système qui commande la voiture, sera dans ce cas considéré comme un automobiliste. La décision est importante dans le cadre du développement de la voiture autonome, afin que les systèmes embarqués puissent communiquer directement entre eux.

Le contrôleur américain insiste encore sur le fait que ce genre de voiture ne peut cependant pas encore être entièrement indépendante dans la mesure où elle doit toujours être équipée d'une pédale de frein.

En savoir plus sur:

Nos partenaires