L'Australie envisage de permettre à des entreprises d'accéder au système de reconnaissance du visage

27/11/17 à 14:05 - Mise à jour à 14:04

Le ministère de la Justice australien envisage de proposer son système de reconnaissance du visage aux entreprises télécoms et aux banques.

L'année dernière, l'Australie avait introduit son Facial Verification Service (FVS). Ce système permet aux services publics de vérifier l'identité de toute personne. Son visage est automatiquement comparé aux données publiques, telles une photo de passeport, d'un permis de conduire ou d'un visa. Le mois dernier, un accord a été conçu en vue de mettre en oeuvre ce service dans tout le pays. Selon le gouvernement australien, la reconnaissance du visage s'avère nécessaire pour des raisons de sécurité nationale en permettant d'identifier des terroristes et en enrayant l'usurpation d'identité.

Il apparaît à présent de documents que The Guardian a pu consulter que le ministère de la Justice australien s'est concerté avec les entreprises télécoms et les banques. Celles-ci pourraient utiliser le FVS contre paiement, afin de contrôler l'identité de leurs clients.

Selon le ministère, ces entreprises et banques devront cependant solliciter au préalable l'autorisation de recourir au système pour identifier quelqu'un. Reste à savoir si les consommateurs seront suffisamment informés à ce propos avant par exemple de pouvoir ouvrir un compte en banque ou acquérir un produit/service.

Base de données

En outre, l'Australie prépare également un Face Identification Service. Contrairement au FVS et à sa correspondance 'one-to-one', la photo sera ici reliée directement à une base de données complète. Selon The Guardian, la moitié de la population australienne serait déjà reprise dans cette base de données. Le système serait déployé dans le courant de l'année prochaine, et son accès serait limité à la police et aux services de sécurité. Des documents consultés par The Guardian, il ressort toutefois que des partenaires privés, surtout des institutions financières, seraient très intéressés par ce système.

Nos partenaires