"HP ne veut pas devenir une entreprise de software"

30/11/11 à 13:02 - Mise à jour à 13:02

Source: Datanews

Meg Whitman, la fraîche émoulue CEO de HP, a fait pour la première fois son apparition lors de HP Discover à Vienne. Elle y a tenu un plaidoyer prudent en faveur de la stabilité chez HP.

"HP ne veut pas devenir une entreprise de software"

Meg Whitman, la fraîche émoulue CEO de HP, a fait pour la première fois son apparition lors de HP Discover à Vienne. Elle y a tenu un plaidoyer prudent en faveur de la stabilité chez HP. En à peine neuf semaines, l'ex-directrice d'eBay, Meg Whitman, est devenue CEO de HP. Elle y a succédé à Leo Apotheker, dont le penchant quelque peu exagéré pour le software et les services avait fait mousser les actionnaires.

Whitman était donc un peu excitée, a-t-elle avoué elle-même, lors de son premier véritable discours officiel prononcé à la conférence HP Discover de Vienne. "L'excitation a par contre malheureusement disparu ces derniers temps de chez HP", a-t-elle aussitôt ajouté avec un petit sourire narquois. "Mais je veux dédramatiser la situation et souhaite que l'entreprise se profile de nouveau comme une organisation tenace et stable vis-à-vis du monde extérieur."

Alors qu'elle se présentait elle-même et évoquait sa carrière aux quelque 5.000 personnes présentes, elle a fait allusion à un atout important: "La principale expérience que j'ai acquise de mon passé chez eBay et que je peux exploiter maintenant, c'est le fait que j'étais moi-même une très grande cliente technologique. Je connais bien le point de vue du client." Dans cette optique, HP a ces derniers temps quelque peu semé la confusion parmi ses clients à propos de ce que l'entreprise fait aujourd'hui précisément. "Quelle est notre stratégie? Et bien, nous sommes tout simplement le principal fournisseur d'infrastructures ICT, de software, de services et de solutions. Notre atout majeur, c'est notre grandeur d'échelle."

Dans une tentative de clarifier l'offre de HP, Whitman a affirmé "croire en une assise reposant sur des points forts et permettant de capitaliser. Cette force, c'est notre infrastructure: les serveurs, le stockage, les imprimantes et les PC (ce fut là d'ailleurs sa seule référence rapide à la division PC, ndlr), représentant quasiment 70 pour cent de notre chiffre d'affaires." Une autre pierre angulaire, c'est le software, a-t-elle encore ajouté. Mais: "Nous ne voulons pas devenir une entreprise software, mais bien utiliser le software pour résoudre des problèmes spécifiques pour nos clients." Par-dessus le hardware et le software, il y a les services. "Ils sont essentiels pour tirer la valeur maximale des produits de HP." Enfin, HP propose également des solutions combinant ses propres technologies. "Tout cela, nous pouvons le proposer 'on premise' ou dans le nuage, voire dans des environnements hybrides."

Whitman a conclu son discours sur quelques objectifs un peu plus généraux qu'elle s'est fixée à elle-même et à HP. L'un des plus singuliers et sur lequel elle a insisté, c'est qu'elle entend investir dans l'innovation et la recherche et le développement, un souhait exprimé en son temps aussi par Leo Apotheker, lorsqu'il succéda à Mark Hurd. Quant à savoir ce qui allait arriver avec la division PC et avec WebOS, rien n'a filtré...

En savoir plus sur:

Nos partenaires