Belgacom à deux doigts de racheter Millicom

06/06/08 à 06:20 - Mise à jour à 06:19

Source: Datanews

En juin 2005, Belgacom a été très près de reprendre Millicom International installée au Luxembourg. Cet opérateur mobile coté en bourse est actif dans 16 pays, surtout en Amérique latine et en Afrique centrale, et possède aujourd'hui 20 millions d'abonnés.

En juin 2005, Belgacom a été très près de reprendre Millicom International installée au Luxembourg. Cet opérateur mobile coté en bourse est actif dans 16 pays, surtout en Amérique latine et en Afrique centrale, et possède aujourd'hui 20 millions d'abonnés.

Millicom International aurait été un tremplin international pour Belgacom. L'opérateur est propriété du groupe suédois d'investissements Kinnevik (également propriétaire de Tele2 et de nombreux groupes médias, dont Metro) et a été fondé par le milliardaire Jan Stenbeck. Lorsque celui décède en 2002 des suites d'un infarctus, c'est sa fille Cristina (25 ans) qui lui succède. Mais ensuite, Millicom régresse pour être mise en vente en 2005.

En juin de cette année, Belgacom lance une offre d'achat de quelque 21 $ par action, ce qui correspond à quasiment 2 milliards $. C'est Philippe Vander Putten, président de Proximus (aujourd'hui CEO de Brussels Airlines) qui est chargé de suivre le dossier. Vander Putten est cependant mécontent car, quelques mois plus tôt, en février 2005, il a été démis de sa fonction de CEO de Proximus par le CEO de Belgacom, Didier Bellens. Dans l'attente d'un nouveau poste chez Proximus, il est toutefois autorisé à en demeurer le président, mais les deux ne sont pas des amis, et c'est un euphémisme. Philippe Vander Putten ne se réjouit dès lors pas du succès de Didier Bellens et finalement, l'accord capote.

Six mois plus tard, China Mobile lance sur Millicom une offre deux fois supérieure à celle de Belgacom, mais sans plus de réussite. Aujourd'hui, Millicom International a repris du poil de la bête avec, l'an dernier, une croissance de 67% de son chiffre d'affaires à 1,7 milliard EUR et un bénéfice net de 440 millions EUR (après conversion).

Nos partenaires