Tout sur Uber

D'ici 2040, Uber entend devenir une plate-forme de mobilité entièrement propre. A Amsterdam, le service de taxi veut de ce fait d'ici 2025 effectuer 100 pour cent de ses déplacements avec des voitures n'émettant aucune particule nocive. Et à Bruxelles et dans d'autres capitales européennes, Uber veut d'ici 2025 assurément faire de même pour la moitié des kilomètres parcourus.

En collaboration avec le spécialiste en leasing de voitures CarTrawler, Uber va dans son appli proposer des véhicules en location en Grande-Bretagne. Ce lancement de voitures en leasing succèdera à des essais précédents réalisés en France et en Australie.

L'ex-directeur de la sécurité d'Uber, Joseph Sullivan, est accusé d'avoir tu un piratage de l'appli de taxi en 2016. Ce piratage avait fait en sorte que les données personnelles de 57 millions de clients et de chauffeurs se retrouvèrent à la rue. Au lieu de révéler le piratage aux autorités, Sullivan avait décidé de se taire et de payer les pirates.

Il est possible qu'Uber interrompe ses activités de taxi dans l'état américain de Californie, selon le CEO Dara Khosrowshahi, qui s'est adressé à la chaîne d'actualité MSNBC. Plus tôt cette semaine, un juge avait approuvé une ordonnance provisoire obligeant dorénavant Uber et Lyft à prendre à leur service des chauffeurs ayant le statut d'employés fixes.

Les clients néerlandais d'Uber peuvent à partir de ce mercredi réserver dans leur appli de taxi une voiture 100 pour cent électrique. Les Pays-Bas sont le premier pays, où cette possibilité existe. Un déplacement avec Uber Green coûtera cependant quelque deux euros de plus qu'une course Uber normale.

Uber a perdu 2,9 milliards de dollars au premier trimestre, soit quasiment le triple d'il y a un an, à cause de la pandémie de Covid-19 qui a "durement frappé" la réservation de voitures avec chauffeur, selon les mots du patron Dara Khosrowshahi.

Thuan Pham, le CTO d'Uber, quitte l'entreprise. En même temps, le service de taxi envisagerait de licencier quelque vingt pour cent de son personnel.

Anthony Levandowski, un pionnier dans le domaine des voitures autonomes, s'est vu contraint par un tribunal de verser la somme de 179 millions de dollars (160 millions d'euros) à son ex-employeur, Waymo, qui fait partie de Google. Levandowski avait emporté des informations chez son nouvel employeur, à savoir le concurrent Uber. Il avait été mis en examen l'année dernière par la Justice américaine.

Uber a entamé un test, par lequel les chauffeurs peuvent fixer eux-mêmes leur tarif. Provisoirement, cette expérience n'a pour cadre que les déplacements en taxi au départ des aéroports de Santa Barbara, Palm Springs et Sacramento en Californie. Le déplacement peut au maximum coûter cinq fois plus cher que le prix calculé par Uber même, selon le Wall Street Journal paru mardi.