Vendredi dernier, Michael Kail a été condamné pour 28 cas de fraude et de pratiques de blanchiment. Entre novembre 2011 et août 2014, il était en charge des opérations IT chez Netflix et se serait enrichi depuis 2012. En tout, il aurait reçu un demi-million de dollars environ, plus des options d'action.

Les paiements représentaient en général 12 à 15 pour cent de la valeur contractuelle. Selon le tribunal, Kail aurait demandé à Netenrich, Platfora, Netskope, Numerify, Maginatics, Sumo Logic, Docurated et Elasticbox notamment de recevoir des dessous de table pour que leurs contrats soient acceptés.

Conseiller rétribué

Mais Kail ne s'est pas arrêté là et a commis d'autres pratiques frauduleuses. Il fut ainsi conseiller rétribué chez Platforma et a fourni à cette entreprise des données internes de Netflix à propos des propositions de contrat de concurrents.

Il aurait aussi accepté des contrats portant sur des produits ou des services, à propos desquels d'autres collaborateurs de Netflix s'étaient explicitement montrés mécontents. Kail a également signé un contrat d'un montant de 250.000 dollars par an avec Platforma, alors que Netflix utilisait déjà un service similaire d'une entreprise concurrente.

La peine exacte qu'encourt Kail, n'est pas encore connue. Il risque jusqu'à vingt années d'emprisonnement et des amendes pouvant atteindre quelques centaines de milliers de dollars.

Vendredi dernier, Michael Kail a été condamné pour 28 cas de fraude et de pratiques de blanchiment. Entre novembre 2011 et août 2014, il était en charge des opérations IT chez Netflix et se serait enrichi depuis 2012. En tout, il aurait reçu un demi-million de dollars environ, plus des options d'action.Les paiements représentaient en général 12 à 15 pour cent de la valeur contractuelle. Selon le tribunal, Kail aurait demandé à Netenrich, Platfora, Netskope, Numerify, Maginatics, Sumo Logic, Docurated et Elasticbox notamment de recevoir des dessous de table pour que leurs contrats soient acceptés.Mais Kail ne s'est pas arrêté là et a commis d'autres pratiques frauduleuses. Il fut ainsi conseiller rétribué chez Platforma et a fourni à cette entreprise des données internes de Netflix à propos des propositions de contrat de concurrents.Il aurait aussi accepté des contrats portant sur des produits ou des services, à propos desquels d'autres collaborateurs de Netflix s'étaient explicitement montrés mécontents. Kail a également signé un contrat d'un montant de 250.000 dollars par an avec Platforma, alors que Netflix utilisait déjà un service similaire d'une entreprise concurrente.La peine exacte qu'encourt Kail, n'est pas encore connue. Il risque jusqu'à vingt années d'emprisonnement et des amendes pouvant atteindre quelques centaines de milliers de dollars.