Voilà ce qui ressort d'un rapport de la chaîne d'actualité NBC. L'entreprise, qui clame depuis longtemps déjà sa sphère de travail inclusive, tenterait ainsi de faire meilleure figure vis-à-vis du gouvernement américain actuel particulièrement conservateur.

NBC base son rapport sur les témoignages de sept collaborateurs de Google, qui prétendent que les programmes de diversité sont soit nettement réduits, soit purement annulés. C'est ainsi que le programme Sojourn, destiné à donner des informations sur les préjugés raciaux, disparaîtrait. La directrice de la diversité chez Google, Melonie Parker, déclare à ce sujet qu'il n'est pas question d'une tendance majoritaire au sein de l'entreprise. Selon Google même, le programme est interrompu, parce qu'il n'a pas pu être mondialisé, étant donné qu'il repose sur des préjugés et sur la culture américains. Des programmes similaires ont été réduits du fait que la gamme de Google a gagné en maturité, à en croire Parker.

Le fait est que Google a l'habitude d'expérimenter quelque peu de nouveaux logiciels et de nouveaux programmes internes, avant de prendre la décision de les conserver ou non. Preuve en est aussi Google+ et toute une série de services entre-temps disparus ou fusionnés.

Par ailleurs, l'entreprise est souvent la cible, surtout aux Etats-Unis, de critiques plus conservatrices et de droite, qui estiment que Google discrimine les hommes noirs. Une grande partie de ces critiques remonte au début de 2018, lorsque Google licencia James Damore. Il s'agit là de l'ingénieur qui propagea un memo de dix pages expliquant pourquoi les femmes ne sont biologiquement pas capables de travailler dans l'IT. Damore dénonça son licenciement. L'affaire fut jugée dans le plus grand secret plus tôt cette semaine.

Voilà ce qui ressort d'un rapport de la chaîne d'actualité NBC. L'entreprise, qui clame depuis longtemps déjà sa sphère de travail inclusive, tenterait ainsi de faire meilleure figure vis-à-vis du gouvernement américain actuel particulièrement conservateur.NBC base son rapport sur les témoignages de sept collaborateurs de Google, qui prétendent que les programmes de diversité sont soit nettement réduits, soit purement annulés. C'est ainsi que le programme Sojourn, destiné à donner des informations sur les préjugés raciaux, disparaîtrait. La directrice de la diversité chez Google, Melonie Parker, déclare à ce sujet qu'il n'est pas question d'une tendance majoritaire au sein de l'entreprise. Selon Google même, le programme est interrompu, parce qu'il n'a pas pu être mondialisé, étant donné qu'il repose sur des préjugés et sur la culture américains. Des programmes similaires ont été réduits du fait que la gamme de Google a gagné en maturité, à en croire Parker.Le fait est que Google a l'habitude d'expérimenter quelque peu de nouveaux logiciels et de nouveaux programmes internes, avant de prendre la décision de les conserver ou non. Preuve en est aussi Google+ et toute une série de services entre-temps disparus ou fusionnés.Par ailleurs, l'entreprise est souvent la cible, surtout aux Etats-Unis, de critiques plus conservatrices et de droite, qui estiment que Google discrimine les hommes noirs. Une grande partie de ces critiques remonte au début de 2018, lorsque Google licencia James Damore. Il s'agit là de l'ingénieur qui propagea un memo de dix pages expliquant pourquoi les femmes ne sont biologiquement pas capables de travailler dans l'IT. Damore dénonça son licenciement. L'affaire fut jugée dans le plus grand secret plus tôt cette semaine.