Voilà ce que révèle The Washington Post. Le procès antitrust américain contre Facebook porte sur les rachats d'Instagram et de WhatsApp en 2012 et 2014. Ces rachats n'avaient comme but que d'éliminer à un stade précoce des concurrents débutants. Facebook le dément et aurait, selon le journal, proposé de dévoiler le code sous-jacent pour souligner qu'elle est ouverte à la concurrence.

Cette proposition n'a cependant pas réussi à convaincre les enquêteurs antitrust. Techblog Engadget affirme qu'il est surtout question de savoir si le dévoilement du code de Facebook suffit pour créer un réseau social concurrent. Une firme comme Google dispose en effet de la connaissance technique pour en créer un, mais elle n'est cependant pas parvenue à faire de Google+ un succès. La principale façon dont Facebook a réussi à fidéliser ses utilisateurs, ne réside pas tant dans la technologie en tant que telle, mais bien dans le fait que tous leurs amis se trouvent également sur Facebook et pas chez un concurrent.

Voilà ce que révèle The Washington Post. Le procès antitrust américain contre Facebook porte sur les rachats d'Instagram et de WhatsApp en 2012 et 2014. Ces rachats n'avaient comme but que d'éliminer à un stade précoce des concurrents débutants. Facebook le dément et aurait, selon le journal, proposé de dévoiler le code sous-jacent pour souligner qu'elle est ouverte à la concurrence.Cette proposition n'a cependant pas réussi à convaincre les enquêteurs antitrust. Techblog Engadget affirme qu'il est surtout question de savoir si le dévoilement du code de Facebook suffit pour créer un réseau social concurrent. Une firme comme Google dispose en effet de la connaissance technique pour en créer un, mais elle n'est cependant pas parvenue à faire de Google+ un succès. La principale façon dont Facebook a réussi à fidéliser ses utilisateurs, ne réside pas tant dans la technologie en tant que telle, mais bien dans le fait que tous leurs amis se trouvent également sur Facebook et pas chez un concurrent.