Une machine capable de vous battre au Trivial Poursuite

20/10/10 à 16:42 - Mise à jour à 16:42

Source: Datanews

Depuis un petit temps déjà, le PC règne en maître sur les échiquiers, mais bientôt, il pourra vous attaquer aussi dans une partie de Trivial Poursuite.

Une machine capable de vous battre au Trivial Poursuite

Depuis un petit temps déjà, le PC règne en maître sur les échiquiers, mais bientôt, il pourra vous attaquer aussi dans une partie de Trivial Poursuite.

Actuellement, même les meilleurs joueurs d'échecs éprouvent les pires difficultés lorsqu'ils affrontent un superordinateur. C'est ainsi que récemment, le champion japonais Ichiyo Shimizu s'est fait battre dans une partie l'opposant à un ordinateur à l'université de Tokyo. Il s'agissait en fait d'une partie d'échecs japonais (shogi) nettement plus complexe que les échecs tels qu'on les connaît en Occident. Il a fallu 86 coups à l'ordinateur pour battre le champion.

Il n'y a cependant pas que dans les jeux de réflexion comme les échecs, les dames ou le backgammon que les machines se distinguent. C'est ainsi que la Carnegie Mellon University américaine a mis au point une machine capable de vous battre au Trivial Poursuite. Ce superordinateur a été baptisé NELL, l'acronyme de système Never-Ending Language Learning. Tout au fond de la cave de l'université, NELL écume l'internet 24 heures sur 24 et stocke toutes les informations dans des catégories et relations spécifiques. En scannant des modèles textuels, NELL s'enseigne lui-même des faits et les regroupe dans des catégories sémantiques. La connaissance ainsi acquise est transférée en continu à la base de données toujours plus grande de NELL.

L'objectif de ce projet est de faire acquérir de la connaissance à un ordinateur, comme le font les humains. Provisoirement, les amateurs de Trivial Poursuite ne doivent pas encore craindre vraiment NELL car ce superordinateur n'a pas sa place dans le living, mais il en a été de même au début avec les ordinateurs jouant aux échecs et aux dames... Vous pouvez déjà suivre NELL via Twitter.

En savoir plus sur:

Nos partenaires