"Twitter soutient les terroristes"

02/01/12 à 13:05 - Mise à jour à 13:05

Source: Datanews

Il est possible que Twitter soit assigné en Justice pour son ...

"Twitter soutient les terroristes"

Il est possible que Twitter soit assigné en Justice pour son soutien au terrorisme. Voilà ce qu'annonce la station américaine d'informations CNN à Jérusalem.

Une organisation israélienne de défense des droits des citoyens a envoyé un courrier à Twitter par lequel elle fait observer que le site web se livre à des occupations illégales, du fait que des "mouvements terroristes" comme l'Hezbollah libanais et l'al-Shabaab somalien sont autorisés à utiliser son service. Tant l'Hezbollah qu'al-Shabaab figurent sur la "liste terroriste" américaine.

Dans sa lettre, Nitsana Darshan-Leitner, directrice de l'organisme Shurat HaDin, qui se qualifie lui-même comme le "leader mondial dans la lutte contre les organisations terroristes et les régimes qui les soutiennent", écrit que Twitter Inc. s'expose "tant à des poursuites pénales qu'à une responsabilité civile intentées par des citoyens américains et d'autres victimes" des "entités terroristes étrangères" susmentionnées et d'autres encore.

Dans ce cas, la question est de savoir si l'utilisateur courant de Twitter, qui par ses tweets soutient une organisation terroriste, tombe aussi sous le coup des lois sur le terrorisme. Twitter a refusé tout commentaire à ce sujet.

Ces derniers mois, les réseaux sociaux tels Twitter, Facebook et YouTube ont été salués pour leur rôle présumé dans le 'Printemps arabe'. Mais comme ces réseaux ont également été utilisés par, notamment, les "agitateurs" de cet été en Grande-Bretagne, les 'Occupiers' aux Etats-Unis et autres 'Indignés' ailleurs, certains gouvernements n'envisagent comme seule solution qu'un contrôle plus strict de ces réseaux. Certains voient dans la loi SOPA (Stop Online Piracy Act) américaine, officiellement destinée à lutter contre le téléchargement illicite, aussi une façon de bloquer les sites web non appréciés par les autorités.

Source: Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires