Toujours plus de liens vers du malware dans les résultats de recherche

31/10/16 à 11:09 - Mise à jour à 11:09

Source: Datanews

Des liens vers des sites de maliciels (malware) apparaissent toujours plus souvent dans les résultats des grands moteurs de recherche.

Toujours plus de liens vers du malware dans les résultats de recherche

. © Thinkstock

Selon une étude effectuée par le testeur d'antivirus AV-TEST.org, le nombre de résultats infectés croît d'année en année depuis 2013. Et ce, malgré les outils et autres technologies utilisés par des sites tels Google pour repousser les liens défectueux de leurs résultats de recherche.

Dans le cadre de son étude, AV-TEST a analysé des sites web tirés des résultats de Google, Bing, Yandex et Faroo. L'année dernière, l'entreprise avait testé 80 millions de sites web et avait découvert 18.280 pages contaminées. Cette année, de janvier à août, AV-TEST a examiné 81 millions de sites web et a décelé pas moins de 29.632 pages infectées.

Ce qui est étonnant, c'est que Google pour ne citer que lui ne se distingue pas vraiment dans la reconnaissance des liens défectueux. Sur les 18.280 pages contaminées par des menaces de malware en 2015, seules 555 avaient été identifiées par le moteur de recherche de Google, qui avait alors émis un avertissement. Et sur les 29.632 pages infectées de cette année, Google n'a émis un avertissement que dans 1.337 cas.

Selon les chercheurs, il convient cependant d'apporter quelques nuances. Il peut ainsi être possible que des sites web soient qualifiés de dangereux, parce qu'ils recèlent des publicités mal intentionnées, qui changent chaque fois que l'on appelle le site. "Ou bien le site web fournit un contenu adapté par exemple à l'endroit où se trouve l'utilisateur", déclare Maik Morgenstern, chief technology officer chez AV-TEST.org, à The Register. "Je ne connais par la fréquence de scannage des sites de la part de Google et Bing pour y rechercher du malware. Il y aura toujours une période au cours de laquelle des sites contiendront du contenu mal intentionné, sans que les moteurs de recherche ne le sachent encore."

En savoir plus sur:

Nos partenaires