Tim Cook: Apple ne triche pas avec les impôts

22/05/13 à 14:29 - Mise à jour à 14:29

Source: Datanews

Devant une commission d'enquête du sénat américain, Tim Cook, le directeur d'Apple, a réfuté le fait que son entreprise éludait les impôts: "Nous payons tous les impôts dus, au cent près."

Tim Cook: Apple ne triche pas avec les impôts

Selon Cook, Apple satisfait non seulement à la lettre mais aussi à l'esprit de la loi. Selon le sénateur Carl Levin, Cook tente au contraire d'attirer l'attention sur les impôts qu'il paie aux Etats-Unis, mais le patron d'Apple passe sous silence les nombreux milliards de dollars d'impôts non versés.

Rien d'illégal

D'un rapport d'enquête précédemment publié par le sénat, il apparaît qu'Apple exploite un réseau complexe d'entreprises et d'adresses postales à l'étranger, notamment en Irlande. Voilà comment la société a éludé 9 milliards de dollars d'impôts rien qu'en 2012 par exemple.

Le fabricant de l'iPhone et de l'iPad a profité des lacunes dans la loi et n'a rien fait d'illégal. La législation fiscale irlandaise aurait cependant bien profité à Apple. L'Irlande réfute de son côté le fait qu'elle aiderait des entreprises à éluder le fisc.

Bénéfice et créativité

Lors de son audition, Cook a plaidé pour une simplification de la loi sur les impôts aux Etats-Unis, ce qui, selon lui, générerait une contribution fiscale plus importante, notamment parce qu'elle stimulerait la croissance économique.

En outre, Cook a déclaré non sans fierté que quasiment l'ensemble de la division recherche et développement d'Apple est installé aux Etats-Unis. Levin a alors fait observer que 95 pour cent de la créativité se trouvent en Californie, mais que deux tiers du bénéfice sont engrangés en Irlande.

Dans un communiqué qu'Apple avait préalablement adressé à la commission, l'entreprise indiquait que "l'accord de réduction de coûts" conclu en 1980 déjà avec ses filiales irlandaises, avait pour but de créer davantage d'emplois aux Etats-Unis, ce qui permettait aux autorités américaines d'engranger des rentrées fiscales. (Belga/TV)

En savoir plus sur:

Nos partenaires