Telenet souhaite que l'IBPT joue les médiateurs à propos de 3G

03/05/12 à 12:25 - Mise à jour à 12:25

Source: Datanews

"Si le régulateur veut véritablement un quatrième acteur mobile dans notre pays, il faudra créer le cadre nécessaire à cette fin." Voilà comment Vincent Bruyneel, responsable de la communication de Telenet, a clairement indiqué que le câblo-opérateur malinois n'a certainement pas l'intention de deployer lui-même un réseau 3G. Néanmoins, l'entreprise est tenue de proposer à partir de mi-janvier 2013 un service 3G commercial utilisant les fréquences qu'elle a reçues l'année dernière. Cette date-butoir de janvier ne semble pas constituer un problème, puisqu'en principe, une seule antenne et une station de base suffiront déjà. Pour la mi-juillet 2014, 'Telenet Tecteo Bidco' - l'accord de collaboration entre Telenet et son pendant wallon Voo - devra toutefois couvrir au moins 30 pour cent de la population.

Telenet souhaite que l'IBPT joue les médiateurs à propos de 3G

"Si le régulateur veut véritablement un quatrième acteur mobile dans notre pays, il faudra créer le cadre nécessaire à cette fin." Voilà comment Vincent Bruyneel, responsable de la communication de Telenet, a clairement indiqué que le câblo-opérateur malinois n'a certainement pas l'intention de deployer lui-même un réseau 3G. Néanmoins, l'entreprise est tenue de proposer à partir de mi-janvier 2013 un service 3G commercial utilisant les fréquences qu'elle a reçues l'année dernière.

Cette date-butoir de janvier ne semble pas constituer un problème, puisqu'en principe, une seule antenne et une station de base suffiront déjà. Pour la mi-juillet 2014, 'Telenet Tecteo Bidco' - l'accord de collaboration entre Telenet et son pendant wallon Voo - devra toutefois couvrir au moins 30 pour cent de la population. Autrement dit, 1 Belge sur 3 devra à cette date pouvoir utiliser les nouvelles fréquences 3G. "Nous avons toujours dit aux régulateurs que nous misions sur la quatrième licence 3G, mais que créer nous-mêmes un réseau entièrement nouveau avec des pylônes d'antennes propres, ce n'était pas possible. Du point de vue économique, ce n'est tout simplement pas faisable", a expliqué Vincent Bruyneel.

Peu d'envie sur le plan du partage de sites Aussitôt après avoir remporté les enchères - Telenet et Tecteo (Voo) ont versé conjointement 71,5 millions d'euro, à raison d'un quart pour Voo -, le groupe s'est par conséquent mis autour de la table avec d'autres opérateurs mobiles en vue de trouver des accords à propos du partage structurel des pylônes d'antennes, voire du réseau radio (partage de sites et RAN-sharing). "Le partage de l'infrastructure mobile en Belgique est autorisée, aussi longtemps que les opérateurs restent indépendants au niveau commercial et technique", confirme le porte-parole de l'IBPT, Dirk Appelmans. Une collaboration avec le rival de toujours, Belgacom, était exclue, mais même Mobistar et Base n'étaient pas non plus tentées par ce genre d'accord.

"Il n'y avait guère d'envie chez Mobistar sur le plan du partage de sites. Les négociations à ce propos ont capoté", selon Bruyneel. Mais l'envie est soudainement revenue, lorsqu'il fut question du renouvellement du contrat MVNO existant: des gains rapides pour Mobistar et une cruelle nécessité pour Telenet, semble-t-il. Voilà comment les deux opérateurs télécoms ont ajouté un prolongement à leur mariage de raison.

Aujourd'hui, Telenet se tourne explicitement vers les régulateurs. "Nous attendons d'eux qu'ils jouent un plus grand rôle de facilitateur. Ils peuvent par exemple servir d'intermédiaire pour relancer les entretiens à propos du partage structurel de sites", a déclaré le responsable de la communication chez Telenet. "L'IBPT peut aider à concevoir un modèle qui convienne aux deux parties." Sans vouloir dévoiler trop son jeu, Telenet déclare par ailleurs qu'il existe encore un certain nombre d'autres options. "Nous examinons par exemple aussi les femtocells (femto-cellules)", a ajouté Bruyneel. Avec la technologie femtocell, un opérateur peut limiter le nombre de pylônes 3G en intégrant la fonctionnalité 3G dans l'équipement domestique du client.

'Telenet pourra proposer le 4G'
Jusqu'en 2017, Telenet continuera donc en tout cas d'utiliser le réseau de Mobistar pour le 3G - et ultérieurement aussi le 4G. Telenet et Voo n'ont pas émis d'offre sur une licence 4G propre. Il n'empêche que des services 4G propres à Telenet et à Voo ne sont pas exclus.
En 2015, l'IBPT va en effet revoir (partiellement) le spectre existant. A cette même date, le spectre 2G sera aussi libéré dans la bande de fréquences 900 et 1800 MHz. Telenet et Voo verseront alors 31,5 millions d'euros. "L'important, c'est que la licence 2G soit indépendante de la technologie. Via ce spectre, nous pourrons donc, si nous le souhaitons, proposer aussi des services LTE/4G", toujours selon Bruyneel.

Un rachat de Base serait-il envisagé? "Actuellement, il n'y a pas encore de 'dossier Base'. Tant que JPMorgan n'a pas finalisé ce dossier, nous ne pouvons pas l'examiner", a dit Bruyneel comme pour réitérer la position de Telenet à ce sujet.

En savoir plus sur:

Nos partenaires