Première impression 3D d'un petit composant 'made in space'

26/11/14 à 11:52 - Mise à jour à 12:11

L'imprimante 'additive manufacturing' (3D) présente dans la station spatiale ISS a produit une première petite pièce et démontre ainsi les possibilités de 'production à distance' dans l'espace.

Première impression 3D d'un petit composant 'made in space'

© .

Le 17 novembre dernier, Barry Wilmore, commandant de l'ISS, installait à bord de la station une imprimante 3D nouvellement livrée, avant d'effectuer les premiers 'testprints' de calibrage pour contrôler le fonctionnement de l'appareil. Ce 24 novembre, l'imprimante a pour la première fois produit un 'véritable' composant, en l'occurrence une plaquette à fixer sur la tête d'impression de l'appareil. La démonstration a ainsi été faite que l'imprimante est capable de réaliser des pièces de rechange pour elle-même, selon la Nasa.

L'imprimante va encore passer par différentes phases de calibrage et sera utilisée pour étudier d'éventuelles divergences entre les processus 'additive manufacturing' sur Terre et dans des environnements en quasi-apesanteur ('microgravity'). Il est ainsi apparu que la pièce imprimée à bord de l'ISS devait être nettement plus solidement fixée au plateau de production qu'attendu. L'on va aussi vérifier si le processus de production utilisé donne d'autres résultats que sur Terre. Voilà pourquoi les pièces produites dans l'espace seront comparées avec celles qui ont été réalisées sur Terre avec les mêmes paramètres au niveau de l'imprimante.

Le but de la '3-D printing in Zero-G technology demonstration' est de démontrer les possibilités de produire de nouvelles pièces (de rechange) dans l'espace dans l'optique de voyages spatiaux plus longs et de périodes de séjour sur d'autres planètes (comme Mars). De cette manière, ces missions seraient moins dépendantes des vols d'approvisionnement au départ de la Terre.

L'appareil 'additive manufacturing' a été conçu pour la Nasa par l'entreprise 'Made in Space' et utilise du plastique (à basse température) pour la production de composants. L'imprimante sera pour le reste commandée et contrôlée à partir de la Terre, afin de surcharger le moins possible l'emploi du temps des astronautes.

Nos partenaires