Pol Hauspie plaide coupable

11/01/08 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

Après que Jo Lernout se soit défendu bec et ongles au procès L&H, Pol Hauspie a, lui, opté pour la stratégie inverse: la pénitence. Il espère écoper de 5 ans d'emprisonnement avec sursis.

Après que Jo Lernout se soit défendu bec et ongles au procès L&H, Pol Hauspie a, lui, opté pour la stratégie inverse: la pénitence. Il espère écoper de 5 ans d'emprisonnement avec sursis.

Contrairement à Jo Lernout, qui demandait son acquittement mercredi, l'homme d'affaires de Poperinge plaide coupable pour une grande partie des faits qui lui sont reprochés. "L&H ne s'est pas donné le temps de croître de manière stable, mais s'est acharné à prendre sa place sur un marché en évolution rapide. Telle est la raison sous-jacente à la fraude commise", a plaidé Frank Van Leemput, l'avocat de Hauspie, devant la Cour d'appel de Gand. Et d'ajouter: "Le concept LDC aurait été parfait, si l'on avait respecté les règles et si l'on s'était donné le temps."

"C'est grave, mais c'est aux trois-quarts exact", a réagi Pol Hauspie, selon son conseil, après avoir pris connaissance du réquisitoire de 650 pages que le ministère public avait rédigé. "C'est exact et c'est terrible!"

Selon Maître Van Leemput, la direction de L&H a commis quelques erreurs d'évaluation: "Les développements qui ont eu lieu (en 1999 et 2000, ndlr) ont été plus lents que prévu, la haute direction s'est fatiguée, les Américains se sont réveillés après les rachats aux Etats-Unis, les économies en Corée étaient mal gérées, et le projet Sofia tant attendu a été postposé à cause de la rupture de promesse du ministre de l'époque, Rik Daems, qui peut s'estimer heureux que la direction de L&H ait à ce moment fait preuve de la discrétion nécessaire."

Maître Van Leemput a finalement demandé à la cour que la peine d'emprisonnement qui serait imposée, soit assortie d'un sursis complet. Le ministère public avait exigé 5 ans d'emprisonnement, dont trois effectifs. Maître Van Leemput s'est référé entre autres au profond sentiment de culpabilité de Pol Hauspie et à la pertinence sociale. Sur le plan civil, selon Van Leemput, les fondateurs de L&H sont "finis".

Lernout s'est montré quelque peu ému durant la plaidoirie, mais a déclaré que chacun avait le droit de choisir sa propre stratégie de défense. "Je persiste à croire que le concept des LDC était bon. Je constate à présent aussi que Pol a une autre vision de la réalité économique de ces LDC. Si je m'y attendais? Je préfère ne pas faire de commentaires", a réagi Lernout lors d'un bref aparté. Son avocat Luc Gheysens s'est montré plus incisif: "Lorsque je plaide, je n'empiète pas sur le terrain d'autrui. J'observe que tel n'a pas été le cas aujourd'hui. C'est en appliquant la devise 'diviser pour régner' que César a conquis la Gaule. Le ministère public a imité César."

Source: Belga

Découvrez aussi le [reportage de DataNewsTV] sur l'aveu de Hauspie.

Nos partenaires