Pas encore question d'informatique dans la note du formateur

24/07/07 à 12:00 - Mise à jour à 11:59

Source: Datanews

Si la première note du formateur Yves Leterme renferme certes plusieurs références à l'ICT, il n'est pas encore question pour l'instant d'un plan de gestion pour l'ICT.

Si la première note du formateur Yves Leterme renferme certes plusieurs références à l'ICT, il n'est pas encore question pour l'instant d'un plan de gestion pour l'ICT.

Afin de voir ce qu'Yves Leterme évoque à propos de l'informatique dans ses premières négociations gouvernementales, notre rédaction a parcouru la note du formateur (en néerlandais). C'est en page 11 que la première référence apparaît. "Notre pays a besoin d'un plan intégré pour poursuivre la mise en place de la société de l'information." Leterme en fait une condition et un moyen de doper la croissance économique, les investissements et l'emploi. Les pouvoirs publics entendent selon lui mettre en place un plan de gestion clair. Et de faire ainsi écho aux prises de position d'Agoria peu avant les élections.

En ce qui concerne le 'e' dans les administrations, Leterme évoque dans le secteur des soins de santé la poursuite du déploiement d'un "programme d'e-santé stratégique". Le but est d'éviter les analyses inutiles et de stimuler la collaboration multidisciplinaire.

Evoquant l'informatisation de la justice, la note se veut plus concrète. "Le gouvernement signera avant la fin 2007 un plan phasé d'informatisation des services judiciaires." Extraits significatifs: "intégration maximale des systèmes existants", "données uniformes", "flux d'informations performants." Par ailleurs, le gouvernement planche sur le "plan Themis" de gestion décentralisée des tribunaux et parquets. De même, dans la sécurité sociale, Leterme souhaite stimuler l'e-gouvernement, sans préciser davantage sa position.

Yves Leterme se veut en revanche plus précis en ce qui concerne les connexions internet. Il est question d'une version adaptée de "L'internet pour tous". "[...] introduction d'un tarif social fixe de 10 euros par mois pour les liaisons internet rapides" et "améliorer la formation des groupes moins favorisés." De même, la note insiste à nouveau sur les acquis que sont le label "enfants admis" pour les sites internet et le système de sécurisation par la carte d'identité électronique.

Enfin, on retiendra une information intéressante concernant Belgacom: pas encore question de poursuite de la privatisation de Belgacom. Même si Leterme précise que "le gouvernement examine le transfert éventuel des participations de l'Etat belge dans une société distincte, en l'occurrence la SFPI.

A suivre incontestablement...

Nos partenaires