Obligations de terrain

16/09/04 à 00:00 - Mise à jour à 15/09/04 à 23:59

Source: Datanews

La pression sur le directeur ICT ne cesse de croître. Du coup, notre homme est soumis plus que jamais au stress.

Il ne s'agit pas tant d'une impression personnelle que de la conclusion d'une enquête menée cet été auprès de 700 responsables IT par le prestataire de services informatiques Synstar (récemment rachetée par HP). Désormais à sa 5e édition, cette enquête entend mesurer le niveau de stress, ou 'pressure point index', lequel atteint cette année des sommets. En effet, 4 personnes interrogés sur 5 confient que la pression est à ce point élevée que leur santé et/ou leur vie privée s'en trouve affectée. Une surcharge de travail trop importante constitue le facteur n° 1 de cette augmentation du stress. De même, les objectifs fixés par la direction (sans cesse plus exigeante) et le sentiment de perte de contrôle représentent deux autres sources majeures de stress. Le directeur IT moderne est censé être un stratège, mais se voit confronté à des responsabilités opérationnelles toujours plus complexes (et donc exigeantes). Une telle évolution s'explique largement par le fait que les organisations travaillent avec des effectifs désormais réduits à leur plus simple expression et que toutes les forces vives doivent dès lors être appelées à la rescousse, dixit toujours le directeur IT. Dans de telles conditions, le responsable IT ne peut dégager suffisamment de temps pour mener à bien sa mission stratégique. A tel point d'ailleurs que 25% des participants à l'enquête affirment craindre pour leur emploi, estimant ne pas pouvoir répondre pleinement aux exigences du 'business'. Face à ce constat, les entreprises devraient se demander d'urgence si elles n'ont pas trop coupé dans leurs dépenses opérationnelles, au point que les mesures prises deviendraient contre-productives. Il est facile de bombarder quelqu'un au rang de stratège, mais plus difficile de lui donner les moyens de réussir cette mission. Les directeurs IT (qui ont souvent un bagage plutôt technique) doivent pouvoir acquérir des compétences en management, en communication, en organisation, etc. Or maîtriser ces savoirs exige du temps. Un temps qui se réduit comme peau de chagrin face aux obligations de terrain.

Nos partenaires