Niscayah: le nouveau nom de Securitas Systems

04/03/08 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

Fin avril, le spécialiste de la sécurité Securitas Systems sera officiellement rebaptisée Niscayah. L'entreprise cherchait un nom qui soit mieux en phase avec sa position sur un marché de la sécurité en pleine convergence. "Car le lien entre la sécurité et l'IT est une évolution irréversible", entend-on. Parallèlement, Securitas Systems veut mettre fin à la confusion avec Securitas.

Fin avril, le spécialiste de la sécurité Securitas Systems sera officiellement rebaptisée Niscayah. L'entreprise cherchait un nom qui soit mieux en phase avec sa position sur un marché de la sécurité en pleine convergence. "Car le lien entre la sécurité et l'IT est une évolution irréversible", entend-on. Parallèlement, Securitas Systems veut mettre fin à la confusion avec Securitas.

Securitas Systems est une entreprise d'origine suédoise, avec 6.000 collaborateurs dans le monde et un chiffre d'affaires d'environ 800 millions EUR. En Belgique, Securitas Systems est présente depuis le milieu des années 80 et y emploie une centaine de personnes. La société est notamment active dans la sécurisation des banques, des aéroports et des prisons, ainsi que dans la grande distribution, la logistique et le secteur du diamant. A côté de Securitas Systems, existe également Securitas tout court, l'entreprise qui met à disposition des agents de sécurité.

Securitas et Securitas Systems ont de lointaines racines suédoises communes, mais sont depuis 2006 deux entreprises totalement indépendantes, qui sont cotées séparément sur la bourse de Stockholm. Le nouveau nom met fin à la confusion avec Securitas. Niscayah est un mot sanskrit qui signifie 'sécurisé' et 'fiable' (lire cadre). "Nous considérons que notre mission est de rendre le monde un peu plus sûr, en tant que partenaire de sécurité totale de nos clients", déclare Danny Laurier, 'business unit manager' Service chez Niscayah Belgique.

"Le marché de la sécurité a fortement évolué ces dernières années, explique Danny Laurier. Il y a un mouvement de convergence." Le timing du changement de nom semble dès lors bien choisi. Le monde de la sécurité informatique - avec des applications telles que la CCVT (closed circuit tv ou surveillance par caméra), contrôle d'accès, détection d'infraction et protection anti-incendie - et le secteur de la protection des données sont en train de converger. Les réseaux IP jouent un rôle important dans cette évolution. Les réseaux fixes et sans fil assurent la communication et la gestion des composants d'une infrastructure de sécurité."Le pôle informatique dans cette histoire de sécurisation a très rapidement gagné en importance. Par exemple, une application de contrôle des accès peut être couplée à une base de données du personnel. La sécurisation avec la cctv nécessite un réseau performant et des capacités de stockage suffisantes." Niscayah s'est spécialisée dans ces matières. L'entreprise s'occupe aussi bien de sécurisation électronique d'actifs critiques pour l'entreprise (par exemple des bâtiments et des centres de données) et d'applications en réseau (telles que la cctv), que de services lors des différentes phases d'un projet. "L'intégration des solutions de sécurisation dans une infrastructure IT, c'est notre boulot."

Niscayah est persuadée de ce fait d'avoir une position plus solide que les acteurs traditionnels du marché de la sécurité. "Il s'agit souvent d'entreprises qui disposent peut-être d'un bon produit de contrôle d'accès, poursuit Danny Laurier, mais qui manquent d'une assise suffisante pour offrir une solution de convergence à leurs clients." L'approche intégrée de Niscayah permet en outre de garder une vue d'ensemble. "Beaucoup d'entreprises n'ont aujourd'hui plus aucune vue sur les coûts réels de leur sécurité. Nous considérons que c'est l'une de nos tâches de fournir à nos clients une vue d'ensemble et de leur offrir de meilleurs résultats pour un coût total de propriété moindre."

Niscayah fournit également des services liés à la sécurité. Un client qui veut installer un système de vidéo-surveillance n'est pas toujours au courant de certaines dispositions légales. "Il y a également une couche administrative. Tout le monde ne maîtrise pas parfaitement la législation. C'est logique car ce n'est pas le coeur de métier du client." Un tel projet a également un volet informatique. "Le client souhaite-t-il un réseau dédié pour sa CCTV ou cela peut-il se faire par le réseau IP existant? Quelles sont les attentes du client en matière de qualité d'image? Il existe des caméras qui permettent des prises de vue très détaillées, mais le client oublie parfois que ces images doivent passer par le réseau et trouver une place sur le système de stockage. La CCTV est un bon exemple de solution convergente, précisément parce que nous pouvons parfaitement combiner la sécurité et l'IT."

Niscayah est persuadée d'avoir quelques longueurs d'avance sur ses concurrents. "Le mouvement de convergence arrive à sa vitesse de croisière, mais nous y sommes préparés, affirme Danny Laurier. Il est facile de faire une comparaison avec la convergence entre la voix et les données, et la percée de la téléphonie sur IP. Vous souvenez-vous où en était cette convergence il y a trois ans environ? C'est la situation dans laquelle se trouve aujourd'hui le marché de la sécurité informatique."

Securitas Systems s'appelle désormais Niscayah, ce qui signifie "sûr" et "fiable" en sanskrit, la plus ancienne langue indo-européenne. La grammaire du sanskrit a beaucoup de points communs avec les langues romanes. Au niveau du vocabulaire, il y a des similitudes avec les langues germaniques. Le sanskrit est encore une langue officielle en Inde. "Nous recherchions un nom qui reflétait nos valeurs, mais qui serait également original, utilisable partout dans le monde, dynamique et un peu futuriste, explique Veronique Geysbregts, responsable marketing & communications chez Niscayah Belgique. Le plus important est à présent de positionner clairement ce nouveau nom sur le marché." Rendez-vous le 22 avril, lors de l'assemblée générale annuelle.

Nos partenaires