Les pouvoirs publics étudient les limites de téléchargement

21/12/09 à 11:10 - Mise à jour à 11:09

Source: Datanews

Le ministre de l'Économie Vincent Van Quickenborne a commandé une étude sur les limites de téléchargement dans le cadre de l'utilisation d'Internet dans notre pays. La Belgique reste un des rares pays européens où les fournisseurs limitent le volume de téléchargement des utilisateurs.

Le ministre de l'Économie Vincent Van Quickenborne a commandé une étude sur les limites de téléchargement dans le cadre de l'utilisation d'Internet dans notre pays. La Belgique reste un des rares pays européens où les fournisseurs limitent le volume de téléchargement des utilisateurs.

C'est ce qu'annonce Het Belang van Limburg. L'enquête fait suite à une plainte de Microsoft qui entrevoit dans les limites de téléchargement dans notre pays des problèmes pour son service de location de vidéos en ligne. Au début de ce mois, Microsoft a lancé le service vidéo Zune. Les possesseurs de la console de jeu Xbox 360 peuvent ainsi lire des films (en haute définition ou non) directement sur leur téléviseur. Cela demande certes une importante largeur de bande : de quelques centaines de mégabytes pour les films ordinaires à maximum 14 GB pour un long métrage en HD.

Étant donné que Belgacom et Telenet appliquent des limites de téléchargement, Microsoft se plaint de ne pas pouvoir développer pleinement son service de location de vidéos Zune en Belgique. Concrètement : celui qui a un abonnement light ne peut par exemple pas visionner un film en HD par le biais de Zune sans dépasser sa limite. Dépasser la limite veut dire payer un supplément ou passer à une vitesse de connexion inférieure.

Le ministre de l'Economie Vincent Van Quickenborne a donc désormais demandé au Conseil pour la Concurrence et à l'organe régulateur des télécommunications IBPT d'étudier le dossier des limites de téléchargement dans notre pays et notamment de voir s'il peut être question d'une distorsion de la concurrence : "Nous attendons le rapport de cette enquête avant de nous prononcer plus avant sur ce dossier", selon le porte-parole Arne Van Den Driessche.

Source : Belga

Nos partenaires