"Les marchés émergents apprécient les médias sociaux"

08/12/11 à 14:27 - Mise à jour à 14:27

Source: Datanews

Les consommateurs sur les marchés émergents en Asie et en Amérique latine sont 'plus sociaux' que les consommateurs en Europe et aux Etats-Unis. Voilà ce qui ressort d'une nouvelle étude réalisée par Forrester et présentée lors de l'événement LeWeb de Paris. "Seuls 26 pour cent des Européens de l'Ouest utilisent régulièrement Tweet ou y postent souvent une mise à jour de statut. En Inde, l'on en est à 79 pour cent et au Brésil à 82 pour cent."

"Les marchés émergents apprécient les médias sociaux"

Les consommateurs sur les marchés émergents en Asie et en Amérique latine sont 'plus sociaux' que les consommateurs en Europe et aux Etats-Unis. Voilà ce qui ressort d'une nouvelle étude réalisée par Forrester et présentée lors de l'événement LeWeb de Paris. "Seuls 26 pour cent des Européens de l'Ouest utilisent régulièrement Tweet ou y postent souvent une mise à jour de statut. En Inde, l'on en est à 79 pour cent et au Brésil à 82 pour cent.""Il en va de même d'ailleurs pour la catégorie la plus active, les 'creators'", selon George Colony, CEO de Forrester Research. "En Europe seuls 23 pour cent des internautes actifs 'créent' régulièrement du contenu, alors qu'en Chine, l'on atteint les 76 pour cent et en Inde même les 80 pour cent. Seuls 10 pour cent des consommateurs dans la zone Asie-Pacifique n'utilisent pas toutes ces... choses sociales. En Europe de l'Ouest, ils sont 21 pour cent."

Colony a aussitôt cité quelques chiffres édifiants. En France, 17 pour cent des internautes peuvent être qualifiés de 'créateurs'. En Grande-Bretagne, il s'agit de 16 pour cent et en Allemagne de 19 pour cent. Assez étonnamment, un quart des Allemands (27 pour cent) se tiennent à l'écart des médias sociaux et en France 'seulement' 22 pour cent.

De l'enquête effectuée auprès de plus de 300.000 consommateurs et 24.000 responsables IT dans le monde, il ressort cependant que le nombre d'Européens utilisant des applications sociales sur les smartphones, est en nette hausse.

"Bien que 11 pour cent seulement des travailleurs européens de l'information utilisent chaque semaine des réseaux sociaux professionnels sur leur PC, la popularité des applis sociales sur les smartphones croît", ajoute encore Colony. "19 pour cent des propriétaires européens d'une tablette ou d'un smartphone utilisent des applis pour médias sociaux dans le cadre de leur travail. Chez la génération Y, l'on en est déjà à 23 pour cent."

Abonnements

Selon Forrester, 95 pour cent de la population mondiale utilisera d'ici 2014 un ou plusieurs appareils mobiles. "En Europe, 145 pour cent de la population aura à sa disposition un ou plusieurs abonnements mobiles", affirme-t-il encore. "Aux Etats-Unis, ce sera 'seulement' 112 pour cent et en Amérique latine 123 pour cent. En Asie, l'adoption se fera de manière quelque peu plus lente, puisqu'en 2014, 88 pour cent des consommateurs devraient disposer d'un abonnement mobile."

Mais cela ne signifie pas que tous ces gens utiliseront forcément l'internet mobile. "Sur ce point, ce sont la Chine et le Japon qui sont les meilleurs élèves. Dans ces pays, la moitié de la population mobile surfe déjà en ligne et ce au moins une fois par mois. Dans des pays comme l'Australie, la Suède, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne, l'on n'en est encore qu'à 28 jusqu'à 36 pour cent maximum. Dans les autres pays, c'est encore plus lent."

Ce sont surtout l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne qui accusent du retard, puisque de 10 à 15 pour cent seulement des consommateurs utilisent déjà l'internet mobile.

Les pays asiatiques donnent aussi le bon exemple sur le plan des réseaux sociaux sur leurs appareils mobiles. C'est ainsi qu'un tiers des Chinois mobiles sont chaque mois actifs sur un réseau social contre 11 pour cent seulement en Europe.

Enfin, l'internet des applis gagne aussi du terrain, selon Forrester. Un Européen sur trois reconnaît passer plus de temps sur les applis que sur le navigateur mobile habituel. "L'internet des applis, où des applications basées nuage sont proposées sur de puissants appareils mobiles, est sans aucun doute le prochain top-phénomène en matière d'innovation technologique."

En savoir plus sur:

Nos partenaires