Le chiffre d'affaires tiré de la téléphonie IP a quasiment quadruplé

16/11/07 à 10:30 - Mise à jour à 10:29

Source: Datanews

En 2005, la téléphonie IP avait représenté 1,8 milliard de dollars de rentrées, mais 2006 a fait nettement mieux avec 6,9 milliards de dollars. Ce sont l'Europe occidentale et l'Amérique du Nord qui se sont taillé la part du lion.

En 2005, la téléphonie IP avait représenté 1,8 milliard de dollars de rentrées, mais 2006 a fait nettement mieux avec 6,9 milliards de dollars. Ce sont l'Europe occidentale et l'Amérique du Nord qui se sont taillé la part du lion.

En Europe de l'ouest, la téléphonie IP a rapporté 2,6 milliards de dollars en 2006, selon les chiffres publiés par le cabinet d'analystes Point Topic. Cette région est ainsi la principale source de rentrées pour les fournisseurs VoIP. C'est l'Europe occidentale qui compte par ailleurs aussi le plus d'abonnés, à savoir 14,6 millions. C'est tout juste un peu plus que dans la zone Asie-Pacifique, mais comme le chiffre d'affaires moyen par utilisateur y est nettement plus bas (10 dollars contre 15 en Europe de l'ouest), les rentrées ne sont 'que' d'1,75 milliard de dollars en Asie-Pacifique.

Avec ses 2,4 milliards de dollars, l'Amérique du Nord fait un peu moins bien que l'Europe occidentale, tout en comptant quelque 5 millions d'abonnés en moins. Le chiffre d'affaires moyen par utilisateur y est en effet élevé, soit 20 dollars. Selon Point Topic, l'explication réside dans le fait que la téléphonie IP y est davantage proposée sous forme d'un ensemble de services.

Le public visé par la téléphonie IP est provisoirement encore les fervents utilisateurs du téléphone et les consommateurs sur des marchés, où la différence de prix avec d'autres services est significative. L'avantage de recevoir 1 facture pour la TV numérique et la téléphonie peut aussi constituer un argument de vente. Le cabinet d'analystes s'attend cependant à ce que le marché résidentiel soit toujours plus envahi par la téléphonie IP, entre autres en combinaison avec la TV numérique, mais aussi via des connexions d'entreprise chez les employés à la maison (par exemple pour favoriser le télétravail).

Nos partenaires