La Justice se penche sur le piratage à grande échelle des comptes bancaires en ligne

26/07/10 à 13:12 - Mise à jour à 13:12

Source: Datanews

La Justice belge a examiné la manière dont des organisations criminelles russes et ukrainiennes pillent les comptes bancaires en ligne d'Européens de l'Ouest.

La Justice se penche sur le piratage à grande échelle des comptes bancaires en ligne

La Justice belge a examiné la manière dont des organisations criminelles russes et ukrainiennes pillent les comptes bancaires en ligne d'Européens de l'Ouest.

Ces organisations criminelles ont mis au point un système ingénieux, pouvait-on lire dans le journal De Tijd de ce samedi. Tout est basé sur un virus dormant qui se réveille, lorsqu'un ordinateur est utilisé pour des opérations bancaires. Un message d'erreur y apparaît alors et quand l'utilisateur entre de nouveau son code, un faible montant est automatiquement transféré vers un autre compte.

Ce compte appartient à ce qu'on appelle en jargon des "mules" (intermédiaires), qui font rapidement passer l'argent via des circuits financiers alternatifs tels Moneytrans et Western Union vers la Russie et l'Ukraine, où il est blanchi au moyen de cartes de débit et de crédit.

La Justice belge a étudié attentivement ces pratiques et se déclare surprise par l'importance du phénomène. "Menaçant et alarmant", affirme le magistrat fédéral Frédéric Van Leeuw. "Si d'autres pays capitalisent sur notre enquête, c'est un véritable tsunami de procès qui risque de se manifester. Nous n'aurions jamais imaginé cela, lorsque nous avons commencé à investiguer il y a deux ans."

L'on recense des victimes dans toutes les régions du monde, mais souvent, aucune plainte n'est déposée. Les banques redoutent en effet que leur image soit ternie et préfèrent rembourser ces petites sommes à leurs clients. Pour les gangs, il s'agit cependant d'une activité particulièrement rentable. C'est ainsi qu'en à peine deux semaines, quatre malfaiteurs ont recueilli 300.000 à 500.000 euros par "mule".

Le parquet fédéral va en tout cas suivre de près les "mules" en Belgique. Il appartient à son pendant russe d'intervenir dans son pays. L'on n'a de toute façon pas encore pu identifier qui est à la tête de ces réseaux criminels.

Nos partenaires