L'ordinateur portable à 100 dollars quasiment deux fois plus cher

18/09/07 à 16:00 - Mise à jour à 15:59

Source: Datanews

188 dollars, ce n'est pas 100 dollars. Logique? Certes, mais il y a de quoi se poser des questions quand on vante autant l'appellation '100-dollar-laptop' et que ce dernier revient finalement à quasiment le double...

188 dollars, ce n'est pas 100 dollars. Logique? Certes, mais il y a de quoi se poser des questions quand on vante autant l'appellation '100-dollar-laptop' et que ce dernier revient finalement à quasiment le double...

La fondation ['One Laptop per Child' (OLPC)], mise sur pied par le patron de MIT, Nicholas Negroponte, prépare depuis un certain temps déjà un ordinateur portable destiné à aider à réduire la fracture numérique. Et ce tant grâce à son prix (l'appareil est appelé depuis belle lurette le '100-dollar-laptop'), à sa facilité d'emploi, à sa robustesse et à son mode de distribution (il sera vendu directement aux gouvernements qui le diffuseront gratuitement).

Ce projet, assurément digne d'éloges, a reçu le soutien de nombreux grands noms du monde IT (AMD, Intel, Red Hat,...). Mais l'objectif de garder l'ordinateur portable aussi bon marché que possible est bien difficile à atteindre. C'est ainsi que le prix de 100 dollars prévu au départ est déjà devenu 176 dollars en mai. Et hier, le porte-parole d'OLPC, George Snell, a confirmé qu'il augmenterait encore pour s'établir à 188 dollars. C'est ainsi qu'OLPC en arrive à un prix qui est pratiquement le double du prix envisagé à la base. Tout cela serait dû à la hausse des prix des matières premières comme le nickel et le silicium, ainsi qu'aux cours de change. OLPC s'attend cependant à long terme à ramener encore et toujours le prix du laptop à 100 dollars.

OLPC va en fabriquer quelque 3 millions d'exemplaires. La date de lancement était prévue pour octobre, mais en raison de bugs logiciels, elle devrait être un peu postposée. Les 30.000 premiers ordinateurs devraient être prêts en novembre. Les clients ne sont pas encore connus, mais Snell déclare que des dizaines de négociations sont encore en cours.

Nos partenaires