'Google abuse de sa position dominante'

11/01/13 à 15:31 - Mise à jour à 15:31

Source: Datanews

Selon les autorités européennes en charge de la concurrence, le moteur de recherche de Google défavorise les sites web des concurrents. Voilà ce qu'on peut lire ce vendredi dans le journal d'affaires britannique Financial Times, sur base d'une interview accordée par le commissaire européen en charge de la politique concurrentielle Joaquin Almunia.

'Google abuse de sa position dominante'

Selon les autorités européennes en charge de la concurrence, le moteur de recherche de Google défavorise les sites web des concurrents. Voilà ce qu'on peut lire ce vendredi dans le journal d'affaires britannique Financial Times, sur base d'une interview accordée par le commissaire européen en charge de la politique concurrentielle Joaquin Almunia.

Les propres services tels Google Maps sont favorisés par le moteur de recherche, estime Almunia. L'entreprise risque des sanctions.

"L'enquête est encore en cours, mais je crains que Google n'abuse de sa position dominante", a ajouté le commissaire dans le journal. Les enquêteurs se focalisent sur la façon dont l'entreprise présente ses propres services dans les résultats des recherches, plutôt que sur l'algorithme logiciel qui range ces résultats, selon Almunia.

La Commission européenne mène depuis quelque temps déjà des négociations avec Google suite à des plaintes déposées par des concurrents pour abus de pouvoir. Ce mois-ci encore, l'on attend une proposition de l'entreprise pour rencontrer les exigences européennes. Almunia prévient qu'il va introduire une plainte formelle si cette proposition n'est pas suffisante. Une enquête sur Android, le système d'exploitation mobile de Google, ne fera pas partie de ce règlement.

Précédemment déjà, la Federal Trade Commission avait donné son feu vert à Google. Dans l'interview, Almunia insiste néanmoins sur la bonne collaboration avec ses collègues américains. Il n'empêche que la vision européenne diffère de celle des Etats-Unis, partiellement en raison des écarts en matière de culture juridique et parce que Google est en Europe avec une part de marché de 90 pour cent nettement plus dominante qu'aux Etats-Unis, où sa part de marché est de 67 pour cent.

Source: Belga

Nos partenaires