FLAVR veut transformer les cuisiniers à domicile en mini-traiteurs

20/11/15 à 13:48 - Mise à jour à 13:46

Source: Datanews

Vous n'avez pas le temps de cuisiner ou vous n'avez pas envie de goûter de nouveau à la pizza du livreur motorisé ou au kebab du coin de la rue? Pas de panique: il y a la solution Flavr.be, une nouvelle jeune entreprise vous permettant de manger à la fortune du pot chez le meilleur cuisinier en herbe des environs.

FLAVR veut transformer les cuisiniers à domicile en mini-traiteurs

Flavr © .

"Voilà comment est née l'idée", déclare en souriant Alexander Van Laer. "Je travaillais comme consultant en gestion chez Accenture à Bruxelles, et quand je rentrais le soir chez moi à Anvers, je n'avais pas du tout l'envie de cuisiner. Et c'est alors que le manque de choix d'un bon repas s'imposa à moi: je devais toujours me faire livrer quelque chose ou me rendre dans un snackbar proche. L'autre choix consistait en aliments haut de gamme tels des sushis. Et ce, alors qu'il existe tant de cuisiniers à domicile prêts à partager leur savoir, ou de traiteurs débutants qui travaillent à trop petite échelle que pour ouvrir leur propre webshop."

Et voilà comment Van Laer et ses associés Moos Tits et Oliver Vander Cruysse en vinrent à créer FLAVR, une plate-forme en ligne mettant en contact les cuisiniers à domicile et les jeunes chefs avec un public affamé, qui aspire à retirer des repas sur place, voire à se les faire livrer à la maison. Mais n'est-ce pas précisément ce que fait déjà 'thuisafgehaald.be' en Flandre? Non, répond Van Laer avec force: "Cette plate-forme cible essentiellement le partage d'un repas au prix coûtant. Nous voulons offrir plus à nos utilisateurs, et cela peut même leur rapporter quelque chose."

Alexander Van Laer.

Alexander Van Laer. © .

Il va de soi que Van Laer veut aussi gagner sa vie de cette manière. Le modèle commercial de FLAVR prévoit un mini-forfait par repas vendu. "Ce forfait peut aussi diminuer, si un cuisinier vend vraiment beaucoup", affirme Van Laer. Il est donc question de trouver suffisamment de cuisiniers et d'utilisateurs. C'est précisément ce que la jeune entreprise entend réaliser à partir de l'année prochaine, même à l'étranger. "En janvier, nous débuterons à Anvers, où nous espérons pouvoir convaincre rapidement assez de chefs. Dans ce but, nous rencontrerons aussi des écoles de cuisine et des associations de cuisiniers. Nous voulons en effet que les premiers fournisseurs sur la plate-forme soient des gens de valeur. Mais nous rechercherons aussi des utilisateurs. Nous possédons déjà pas mal de suiveurs sur Facebook, et notre objectif est de créer une communauté par une approche ciblée. Nous envisageons donc d'organiser aussi des ateliers de cuisine notamment au départ de FLAVR."

Les quatre associés qui sont à l'initiative de FLAVR, veulent provisoirement faire progresser leur entreprise par phases. "Nous avons réuni conjointement la somme de départ", explique Van Laer. "Nous tentons ainsi de nous lancer, tout en maintenant très bas les coûts dans la startup, mais aussi dans notre vie personnelle. Le but est cependant que nous passions bientôt à une phase de capitalisation pour laquelle nous sommes en train de négocier avec quelques business angels, mais nous examinons aussi les possibilités du financement participatif (crowdfunding). Nous ciblons un montant total compris entre 200.000 et 400.000 euros pour ces premiers investissements."

Cette somme s'avère nécessaire car FLAVR déborde de projets. "Nous pensons à des manières d'analyser quels mets sont recherchés de préférence par les gens, afin de pouvoir coacher correctement nos chefs en vue de trouver les clients. Nous envisageons aussi des modules permettant de calculer le coût des aliments intervenant dans la réalisation d'un repas, ou de déterminer ce que vous pouvez faire sur base des quelques ingrédients se trouvant dans votre frigo. Voilà comment nous voulons créer la plate-forme la plus efficiente possible."

Passeport

  • Appellation: FLAVR
  • Siège social: Anvers
  • Effectifs: 4 associés
  • Capital: propre. A la recherche de business angels en vue de récolter entre 200.000 et 400.000 euros dans le cadre d'une phase de capitalisation.
  • Site web: www.flavr.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires