Facebook dément censurer les messages conservateurs

10/05/16 à 11:44 - Mise à jour à 11:44

Facebook déclare ne pas appliquer de censure sur le réseau social et ce, indépendamment de la nature des messages. Il ne censure donc pas non plus les articles d'actualité conservateurs, comme un ex-collaborateur l'affirmait.

Facebook dément censurer les messages conservateurs

© Reuters

Selon un ancien collaborateur, Facebook supprimerait progressivement les messages d'actualité conservateurs de la liste des thèmes tendances. En Belgique, l'on ne connaît pas ces 'Trending Topics', mais aux Etats-Unis, il s'agit d'une liste des sujets les plus abordés sur Facebook. Cette liste est dressée par un algorithme permettant aux rédacteurs d'ajouter ou de supprimer des sujets.

Un ex-rédacteur avait expliqué à Gizmodo que des messages liés à des conservateurs comme Mitt Romney, Rand Paul et à des conférences de politiciens de droite étaient progressivement supprimés de cette liste de thèmes populaires. En principe, la rédaction est la seule habilitée à retirer des sujets populaires de cette liste, du fait qu'ils enfreignent les principes du réseau social.

Actualité pure et dure

Facebook souhaiterait également mettre fin sur le réseau social à des discussions virulentes sur des faits d'actualité purs et durs. Voilà pourquoi, selon le rédacteur, des thèmes tels 'Black Lives Matter' sont ajoutés manuellement aux Trending Topics. Facebook voudrait en outre supprimer de la liste des informations négatives à propos du réseau social.

D'autres rédacteurs à qui Gizmodo a donné la parole, ont démenti ce genre de pratiques, alors que Facebook annonce officiellement que tel n'est pas non plus le cas. 'L'équipe d'actualité doit respecter des règles précises', prétend un porte-parole à TechChrunch. 'Ces règles interdisent de supprimer des messages en raison de leur couleur politique.'

Censure en Europe

Ces dernières semaines, Facebook a été également ciblée en Europe, du fait qu'il supprimait les messages négatifs concernant le président turc Recep Erdogan. Par la suite, le réseau social a néanmoins autorisé les commentaires sur Erdogan.

En savoir plus sur:

Nos partenaires