Des directeurs de Google et Whatsapp soutiennent Apple dans son opposition au FBI

18/02/16 à 12:44 - Mise à jour à 12:44

Sundar Pichai, CEO de Google, s'est entièrement rangé à l'avis de Tim Cook dans son combat contre le FBI. Ce dernier exige qu'Apple crée une version adaptée d'iOS pour pouvoir pirater les iPhone.

Des directeurs de Google et Whatsapp soutiennent Apple dans son opposition au FBI

© Reuters

"Nous créons des produits sûrs pour protéger vos informations et nous permettons aux services de police d'accéder aux données sur base de mandats judiciaires. Mais c'est tout à fait différent que de demander à des entreprises de permettre de pirater les appareils et les données de leurs clients." C'est avec ce tweet que le CEO de Google apporte ouvertement son soutien au CEO d'Apple, Tim Cook.

Ce dernier a refusé hier d'obéir à une décision d'un juge en vue de développer une version spéciale d'iOS permettant au FBI de 'casser' le cryptage de l'iPhone. Le FBI souhaite accéder aux informations contenues sur les iPhone que possédaient les deux auteurs de la fusillade de San Bernadino fin de l'année dernière.

Le CEO de Whatsapp, Jan Koum, a lui aussi annoncé par un message posté sur Facebook qu'il soutenait Apple: "Nous ne pouvons admettre que cette norme dangereuse devienne réalité. Aujourd'hui, c'est notre liberté qui est en jeu."

Le FBI exige une porte dérobée dans iOS

iOS bloque à présent le contenu du téléphone, lorsqu'on tente trop souvent de le déverrouiller. En supprimant cette protection dans iOS, le FBI pourrait avec la version adaptée du système d'exploitation utiliser un puissant ordinateur qui essaierait alors toutes les combinaisons chiffrées possibles. Mais si Apple acceptait, tous les iPhone pourraient alors être déverrouillés, ce qui signifie que des criminels pourraient aussi accéder aux smartphones de l'entreprise. Apple va se tourner vers un juge supérieur pour faire annuler la décision du précédent.

Pichai: "Forcer les entreprises à autoriser le piratage risque de menacer le respect de la vie privée des utilisateurs." Edward Snowden, le dénonciateur des pratiques d'espionnage de la NSA, avait précédemment déjà indiqué que Google, du fait de son silence, se rangeait en fait du côté des autorités et non pas du côté de ses utilisateurs. Snowden a qualifié cette affaire de 'plus important événement technologique de la décennie'.

Source: Automatiseringgids/WK

En savoir plus sur:

Nos partenaires