Côte d'Ivoire: Zetes entame la production du passeport biométrique

31/07/08 à 11:10 - Mise à jour à 11:09

Source: Datanews

Dans le cadre d'un contrat remporté en avril dernier, le spécialiste belge de l'identification des personnes et des biens Zetes vient d'entamer la production du passeport biométrique pour la Côte d'Ivoire.

Dans le cadre d'un contrat remporté en avril dernier, le spécialiste belge de l'identification des personnes et des biens Zetes vient d'entamer la production du passeport biométrique pour la Côte d'Ivoire.

Estimé à plus de 60 millions d'euros sur 15 ans, ce contrat a été remporté par Zetes en sous-traitance pour la société SNEDAI (Société Nationale d'Edition de Documents Administratifs et d'Identification) créée à cet effet.

La mise en place d'un passeport biométrique en Côte d'Ivoire répondait à un double impératif: d'une part, limiter la fraude (car les passeports sont aujourd'hui écrits à la main et facilement falsifiables) et, d'autre part, permettre aux Ivoriens de voyager plus facilement à l'étranger, et aux Etats-Unis notamment (qui exigent un passeport biométrique depuis les attentats du 11 septembre).

Zetes a été chargée par SNEDAI de l'ensemble de la chaîne de production, hors validation évidemment des données (une tâche qui reste du ressort de la Police de l'Air et des Frontières). En pratique, Zetes a installé des centres d'enrôlement (jusqu'ici à Adibjan, mais bientôt aussi à l'étranger) où les citoyens doivent être photographiés et leurs empreintes enregistrées ainsi que leur signature (électronique). Associé aux documents nécessaires (acte de naissance, photocopie de la carte d'identité, etc.) qui sont scannés sur place dans chaque centre, le dossier est transmis pour approbation à la Police qui délivre ensuite le feu vert de production. La fabrication se fait dans un centre hyper-sécurisé à Abidjan où le passeport biométrique est produit (Gemalto fournit la carte à puce). Après quoi le citoyen peut retirer son passeport dans les 72 h au centre d'enrôlement.

A terme de 18 mois, l'ancien passeport devrait être abandonné au profit du passeport biométrique (800.000 passeports sont aujourd'hui en circulation). Il est prévu de produire de l'ordre de 100.000 passeports par an, à un rythme moyen de 400 passeports par jour.

Après avoir remporté un contrat de 10.000 kits d'enregistrement biométrique des électeurs en République démocratique du Congo en 2005 ainsi que l'enregistement biométrique des électeurs et la carte d'identité nationale en République du Cap-Vert, c'est un nouveau contrat majeur pour la firme belge sur le territoire africain. Un contrat qui a incité Alain Wirtz, CEO, à ouvrir à Abidjan la 13e filiale du groupe à l'étranger.

Nos partenaires