Cipal s'affranchit du 'mainframe'

21/03/08 à 09:00 - Mise à jour à 08:59

Source: Datanews

Le titre peut surprendre, d'autant que le fournisseur de services ICT pour les administrations et fournisseur aux collectivités flamandes Cipal a conclu un nouveau contrat pour l'achat de capacité 'mainframe'. Or les volumes traités sont en baisse.

Le titre peut surprendre, d'autant que le fournisseur de services ICT pour les administrations et fournisseur aux collectivités flamandes Cipal a conclu un nouveau contrat pour l'achat de capacité 'mainframe'. Or les volumes traités sont en baisse.

Cipal affirme avoir besoin dans les 5 prochaines années de capacité 'mainframe' qui soit "disponible 24 h sur 24 et 7 jours sur 7." Le contrat signé en mars 2004 avec EDS arrive à échéance en août prochain. Le nouveau fournisseur devra assurer la livraison, la gestion et la maintenance du matériel ainsi que des logiciels système nécessaires. L'examen des exigences posées par Cipal - dont une capacité z/OS en 2 partitions logiciques (LPAR) sur IBM zSeries - montre que le nombre de MIPS, la capacité disque et le stockage virtualisé sur bande demandés diminueront sensiblement au cours des prochaines années.

L'évolution est d'autant plus surprenante que Cipal a longtemps été l'un des principaux fournisseurs de services 'mainframe' pour les services publics et les 'utilities' en Flandre. Son propre parc 'mainframe' s'est d'ailleurs sensiblement réduit lorsque l'administration flamande a décidé en 2004 d'opter pour les installations d'EDS aux Pays-Bas. Le porte-parole de Cipal, Patrick Roten, confirme la baisse constante de la capacité 'mainframe'. "Mais il ne s'agit pas d'une réduction de puissance, mais plutôt d'une modernisation. En effet, grâce à des serveurs classiques et à la virtualisation, il est possible d'aller très loin. Cette tendance semble se confirmer également dans les services publics. Les serveurs offrent un rapport prix/performances nettement meilleur que le 'mainframe' et exigent bien moins de gestion."

Le contrat prévu une clause de rupture au début 2012. La valeur de la commande n'est pas connue, mais elle sera sans conteste inférieure aux 10,5 millions EUR de l'ancien contrat conclu avec EDS.

Nos partenaires