Belgacom sur la liste préférentielle pour le parc d'émetteurs de la VRT

21/04/08 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

Belgacom figure sur la liste préférentielle ('shortlist') pour le rachat partiel du parc d'émetteurs de la VRT. Voilà ce que déclarent certaines sources du secteur dans le journal De Tijd. Les adversaires possibles du groupe télécom coté en bourse sont le spécialiste français des parcs d'émetteurs TDF, Telenet et Mobistar. De son côté, KPN n'a pas remis de dossier. La décision sera prise cet été.

Belgacom figure sur la liste préférentielle ('shortlist') pour le rachat partiel du parc d'émetteurs de la VRT. Voilà ce que déclarent certaines sources du secteur dans le journal De Tijd. Les adversaires possibles du groupe télécom coté en bourse sont le spécialiste français des parcs d'émetteurs TDF, Telenet et Mobistar. De son côté, KPN n'a pas remis de dossier. La décision sera prise cet été.

L'intérêt de Belgacom pour le parc d'émetteurs vient se greffer sur ses activités TV. Belgacom a cependant demandé à la VRT des éclaircissements sur un certain nombre de points. Il en est résulté ces derniers jours une certaine tension entre les deux parties, ce qui met en doute le fait que Belgacom puisse introduire une offre définitive pour la mi-juin.

Le gouvernement flamand entend stimuler le développement de la TV numérique par les ondes pour assurer une réception sur les appareils fixes, mais aussi mobiles. Il a à cette fin élaboré un plan à grande échelle qui prévoit l'arrêt des émissions analogiques par les ondes (en novembre 2008) et l'attribution de fréquences à la TV numérique. Un autre élément, c'est la scission du parc d'émetteurs de la VRT. Ce parc servira de base pour le déploiement de la TV numérique par les ondes. La privatisation s'avère nécessaire pour éviter que la station publique, qui peut aussi briguer les fréquences, ne soit à la fois juge et partie.

La VRT se retirera progressivement, mais complètement du parc d'émetteurs. Le partenaire privé, qui sera finalement choisi, prendra dans un premier temps une participation minoritaire. Ensuite, cette participation passera à 75 pour cent moins une action. La VRT conservera donc un quart plus une action, mais devra dans le cadre de la phase ultime, vendre le tout au holding public Participatiemaatschappij Vlaanderen. Le parc compte neuf pylônes avec les bâtiments et l'équipement correspondants.

Source: Belga

Nos partenaires