Belgacom conteste l'amende infligée à Proximus

28/05/09 à 10:50 - Mise à jour à 10:49

Source: Datanews

Proximus, la filiale de Belgacom, va faire appel de la décision du Conseil de la concurrence, qui a condamné mardi, l'opérateur mobile à une amende record de 66,3 millions d'euros pour abus de position dominante, a indiqué Didier Bellens, patron du groupe Belgacom, à l'occasion d'un point presse.

Proximus, la filiale de Belgacom, va faire appel de la décision du Conseil de la concurrence, qui a condamné mardi, l'opérateur mobile à une amende record de 66,3 millions d'euros pour abus de position dominante, a indiqué Didier Bellens, patron du groupe Belgacom, à l'occasion d'un point presse.

Le Conseil de la concurrence reproche à Proximus d'avoir appliqué en 2004 et 2005 une stratégie de "margin squeeze" ou "ciseau tarifaire", en appliquant à ses clients corporate, pour des appels sur son réseau, des tarifs moins élevés que les tarifs de terminaison dont ses concurrents devaient s'acquitter pour un appel de leur réseau vers celui de Proximus.

Hier, Belgacom, maison mère et premier client de l'opérateur mobile, a rejeté les arguments du Conseil de la concurrence et minimisé la portée du jugement, en soulignant que sur les cinq accusations lancées par l'auditorat de la concurrence, le Conseil n'en avait finalement retenu qu'une.

Sur le fond du dossier, Didier Bellens a jugé absurde d'accuser Proximus de vendre à perte, "alors qu'on fait des bénéfices sur toutes nos activités" et que Proximus pratique "des marges élevées par rapport à d'autres secteurs industriels".

Selon Belgacom, le Conseil de la concurrence fait l'erreur d'isoler un tarif en particulier, alors qu'un client qui souscrit à un abonnement GSM le fait pour bénéficier d'un ensemble de services. Les tarifs pratiqués par Proximus à ses clients pour des appels sur son propre réseau doivent dès lors être analysés à la lumière de l'offre globale dont bénéficie le client en matière de téléphonie mobile, affirme Belgacom.

M. Bellens a par ailleurs critiqué l'attitude de Base, auteur de la plainte qui a mené à la condamnation de Proximus. "Proximus et Mobistar ont investi massivement dans le réseau 3G", indispensable pour avoir accès aux entreprises, alors que "Base a sciemment choisi de ne pas investir", a-t-il dit.Il est donc "un peu facile" que le numéro trois du marché juge aujourd'hui que "ses parts de marché corporate sont insuffisantes" et tente d'accroître sa part de marché par la bande, a estimé le patron de Belgacom.

Quant à l'amende "assez élevée" de 66,3 millions d'euros infligée par le Conseil, elle devra être payée dans les 30 jours, l'appel introduit par l'opérateur n'étant pas suspensif, ont ajouté les responsables du groupe qui ont indiqué avoir provisionné une partie de cette somme, au cours des exercices précédents.

L'appel sera introduit auprès de la cour d'Appel de Bruxelles.

Source: Belga

Nos partenaires