Agoria aspire à un 'cabinet de guerre pour l'innovation'

04/03/09 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

Selon Agoria, il est urgent de créer un 'cabinet de guerre pour l'innovation', afin de transformer rapidement en mesures concrètes les conclusions finales annoncées en janvier par Vlaanderen in Actie (VIA).

Selon Agoria, il est urgent de créer un 'cabinet de guerre pour l'innovation', afin de transformer rapidement en mesures concrètes les conclusions finales annoncées en janvier par Vlaanderen in Actie (VIA).

C'est à cela que Wilson De Pril, directeur général d'Agoria, la fédération sectorielle de l'industrie technologique, a plaidé à Louvain lors d'un débat consacré à Vlaanderen in Actie (VIA). VIA entend en effet placer la Flandre parmi le top cinq des régions européennes à l'horizon 2020.

De Pril a plaidé plus précisément pour un groupe d'une vingtaine de personnes des milieux académique et industriel, qui assumerait un rôle de direction et de formation et convertirait les conclusions en un business plan. Karel Vinck, président de VIA, a reconnu un peu plus tard que le groupe d'experts actuellement en place ne travaillait pas de manière suffisamment efficace et devait être restructuré. Il a plaidé aussi pour ce que ce groupe fasse à l'avenir directement rapport au Ministre-Président flamand afin d'impliquer ainsi le gouvernement flamand au projet.

Le débat portait essentiellement sur la question de savoir comment Louvain et ses environs pouvaient répondre à VIA. Urbain Vandeurzen, président de la VOKA, a qualifié "d'écosystème à très grand potentiel" la région louvaniste avec ses 4.000 chercheurs à la KUL et 1.600 autres chez IMEC, 300 entreprises technologiques et une masse critique en sciences bio, alimentation fonctionnelle, mécatronique, ICT, micro- et nanotechnologie. Selon lui, il existe cependant un besoin d'internationalisation, d'extension d'échelle et d'une plus grande valorisation de la recherche. Il a plaidé aussi pour plus de synergies avec la médecine, plus spécifiquement avec l'hôpital universitaire UZ Gasthuisberg.

Divers orateurs ont également évoqué l'importance des autorités locales pour la création de facteurs environnementaux favorables. Il s'agit ici entre autres d'un cadre de vie agréable susceptible d'attirer des chercheurs internationaux. Vandeurzen a indiqué en outre que la région de Louvain est aux prises avec une pénurie de parcs industriels. Une condition pour que les administrations communales puissent remédier à cette carence, consiste, selon le bourgmestre de Louvain Louis Tobback, à leur donner davantage de compétences et de mettre fin à l'ergotage flamand à propos des villes et des communes.

Source: Belga

Nos partenaires