Tout sur twitspark

L'opérateur mobile Mobile Vikings d'Hasselt va avoir recours à TwitSpark pour son service à la clientèle, à savoir le 'customer support system' pour Twitter que le jeune Belge Davy Kestens a lancé il y a quelques mois à partir des Etats-Unis.

"Twitter nous aime", affirme Davy Kestens de TwitSpark. "Notre outil accroît la valeur du réseau social populaire et améliore l'expérience Twitter des grandes sociétés. Nous aidons donc Twitter à croître au lieu de lui dérober son argent."

L'on s'était parlé à la mi-octobre lors d'un week-end des startups à Bruxelles. C'était Bart Becks qui me l'avait présenté: "Discute un peu avec lui. Il a des choses intéressantes à dire." Un garçon intelligent, direct, posé, mais passionné. Il me dit qu'il voulait aller à San Francisco, car il en avait assez de l'esprit de clocher.

Davy Kestens, le jeune Belge à l'initiative de TwitSpark, a récolté 1.125.000 dollars pour sa jeune entreprise internet. "Avec cet argent, nous pourrons améliorer notre produit, engager quelques bons développeurs et développer une équipe de vente." TwitSpark est un outil qui capte les messages relatifs à une marque ou à un produit sur Twitter, "et tout comme avec un système CRM, il permet de catégoriser, d'archiver, puis de suivre les conversations", ajoute Kestens. "Le résultat final est une sorte de système de support à la clientèle pour Twitter."

Du support professionnel de clients via Twitter: telle est en résumé l'idée sous-jacente à TwitSpark. Le jeune Belge Davy Kestens (23 ans) semble vouloir écrire une histoire à succès internationale avec son application. "Quand vous êtes quasiment tous les jours contacté par des personnes que vous ne connaissez pas, vous savez ce qui vous reste à faire."