Tout sur Trump

Quiconque partage des propos haineux ou des images dénudées sur Facebook, se voit infliger une suspension. Le hic, c'est que Facebook n'applique pas ces règles à tout un chacun. Certaines personnalités ou politiciens peuvent n'en faire qu'à leur tête, sans que Facebook ne réagisse.

Les Etats-Unis veulent envoyer de nouveau un équipage sur la lune en 2024, avant de le ramener sur Terre, mais reste à savoir si cela se fera. Le délai prévu ne sera en tout cas pas respecté, notamment parce que les combinaisons spatiales des astronautes ne seront pas prêtes à temps.

Gab, un réseau anti-censure qui semble surtout être apprécié par les gens d'extrême droite, a été piraté. Les auteurs exigent un demi-million de dollars de rançon.

L'ex-président américain Trump ne pourra pas faire son retour sur Twitter. Son compte restera bloqué en permanence, selon un dirigeant du réseau, qui s'est confié à CNBC.

Parler ne semble pas prêt de revenir. Le réseau social ne trouve en effet pas de nouveau service d'hébergement, après avoir été bloqué par AWS. Le réseau refuserait de modérer les messages haineux.

Facebook a supprimé une série de pages de l'ex-stratège de la Maison Blanche, Steve Bannon. Sur ces sept pages, rassemblant en tout quasiment 2,5 millions de suiveurs, on trouvait des messages erronés sur la fraude lors des élections présidentielles américaines. Précédemment déjà, Twitter avait retiré elle aussi des propos de Bannon.

Twitter a de nouveau inséré un avertissement à côté d'un message du président américain. Le tweet, dans lequel Trump répète son avis non fondé, selon lequel le vote par correspondance s'apparenterait à de la fraude électorale, est, selon Twitter, 'probablement trompeur', indique l'avertissement.

Le fabricant de puces américain Qualcomm n'envisage plus d'absorber son homologue néerlandais NXP. Voilà ce qu'a indiqué l'entreprise aujourd'hui même, après que la Chine ait annoncé ce week-end vouloir approuver ledit rachat.

Le rachat du fabricant de puces NXP par son homologue américain Qualcomm n'aura pas lieu. Les entreprises n'ont pas réussi à obtenir, avant la date-butoir fixée, l'approbation du contrôleur chinois pour cette fusion.