Tout sur SWIFT

2017 fut l'année au cours de laquelle le grand public fit connaissance avec le ransomware (rançongiciel). WannaCry agressa en effet des centaines de milliers d'ordinateurs et mit ainsi directement la sécurité à l'ordre du jour. A l'aide de quelques outils de la NSA. A présent que les choses se sont quelque peu décantées, les chercheurs en sécurité font le point.

SWIFT, le système de messagerie financière mondiale, a admis que quelques-unes des banques connectées ont de nouveau été les victimes de cyber-attaques. Elle demande donc aux banques d'améliorer leur sécurité. Les agresseurs semblent avoir agi après avoir en février déjà fait main basse sur 81 millions de dollars à la Bangladesh Bank.

Ces dernières années, la sécurité était à peine, voire pas du tout une priorité chez SWIFT. Le système de paiements internationaux, dont le siège central se situe en Belgique, a toujours ignoré le sujet, selon un rapport de l'agence de presse Reuters.