Tout sur SoftBank

SoftBank Corp, la branche de téléphonie mobile du géant télécom et technologique japonais SoftBank, connaît un démarrage en bourse décevant à Tokyo. L'action représentait certes la plus importante introduction boursière de l'histoire japonaise, mais sa valeur a directement régressé de 13 pour cent le premier jour.

Uber a conclu un accord avec son rival Grab dans le sud-est asiatique à propos de la vente de toutes ses activités dans la région. Le service de taxi recevra en échange une participation de 25 à 30 pour cent dans Grab, selon des initiés.

Paul Jacobs, un ex-directeur de Qualcomm, est occupé à ameuter les investisseurs désireux de l'aider à faire sortir le fabricant de puces de la bourse. Voilà ce qu'annonce le journal d'affaires britannique Financial Times (FT) sur base de sources proches de la direction de l'entreprise technologique.

Le géant technologique japonais SoftBank annonce qu'elle envisage une IPO (Initial Public Offering) pour son unité sans fil au Japon. La phase de capitalisation devrait permettre de recueillir 15 milliards d'euros et de faire du groupe l'un des principaux investisseurs technologiques au monde.

C'est aujourd'hui même qu'expire le délai accordé à SoftBank pour prendre une participation dans Uber. Si l'accord se conclut, il pourrait déboucher sur une gestion plus calme de cette startup vivement critiquée.

L'appli de taxi Uber fera l'objet d'un investissement d'un milliard d'euros de la part d'un groupe d'investisseurs sous la houlette de la SoftBank japonaise. Ce groupe va donc injecter 1 milliard d'euros dans l'entreprise, avant de racheter des actions d'investisseurs existants pour un montant maximal de 9 milliards d'euros.

Slack, l'entreprise à l'initiative de l'application de messagerie bureautique éponyme, récolte 250 millions de dollars dans le cadre d'une nouvelle phase de capitalisation. Ce qui est étonnant ici, c'est la participation prise par la japonaise SoftBank dans la firme.